Catégories
Aérien Android Apple Association Attaque Bitcoins COVID-19 Ekans Entreprise de construction Etude EvilQuest GandCrab Hakbit Hôpital hyères informatique Mac MacOS Mairie maze Nefilim NetWalker Non classé Orange presse prix Ragnar Locker Ransomware revil Ryuk Sécurité Service informatique Shade sodinokibi SolarWinds Sunburst Technologie ThiefQuest Uncategorized vidéo

Comment la vulnérabilité informatique est-elle mesurée?

Le score CVSS est utilisé presque systématiquement pour évaluer le danger des vulnérabilités. Mais savez-vous quel calcul se cache derrière le score sur 10?

Il faut dire que la cybersécurité regorge de termes spécifiques et autres acronymes (et anglophones, d’ailleurs) pour qualifier les scénarios d’attaque. On parle de RCE, XSS, de « web shell » ou même d’élévation de privilèges. Les balles d’avertissement sont le plus souvent destinées aux spécialistes et n’utilisent que du jargon. Ils soulignent rarement les risques concrets qu’une nouvelle vulnérabilité pose au public.

SUITE… Avec Numerama.com

Catégories
Entreprise de construction Hôpital Sécurité Service informatique Technologie

Ransomware: un problème infinie?

Se défendre contre cette menace en constante évolution n’est pas une mince affaire, mais un bon point de départ est de comprendre où se trouvent les points faibles et comment ils sont exploités.

Ransomware: un problème infinie?

Tous les experts conviennent que les cybermenaces se sont intensifiées ces derniers mois avec l’augmentation des demandes de rançon et des tactiques que l’on peut qualifier d’impitoyables.

Personne n’est épargné par des organismes publics comme les villes de Vincennes et Aulnoye-Aymeries il y a quelques semaines aux plus grandes entreprises privées comme Bouygues Construction, CMA-CMG ou Sopra-Steria.

Les cybercriminels parviennent à trouver de nouvelles façons de contourner les défenses des entreprises grâce à des attaques plus sophistiquées et ciblées. Se défendre contre cette menace en constante évolution n’est pas une mince affaire, mais un bon point de départ est de comprendre où se trouvent les points faibles et comment ils sont exploités.

Les personnes restent le maillon faible de la cybersécurité
Il suffit d’un clic sur un lien de phishing pour faire le travail: les défenses du réseau sont brisées et les logiciels malveillants sont infiltrés.

Renforcer sa défense contre la négligence humaine nécessite non seulement de former les employés à la sensibilisation à la cybersécurité, mais aussi d’introduire des outils pour filtrer les contenus malveillants avant qu’ils ne causent des dommages. Mais comme la cybersécurité n’est pas une science exacte, même les plans les mieux conçus doivent être continuellement revus et adaptés afin de ne pas être dépassés par le rythme fou du développement des cybermenaces.

Prenons, par exemple, l’augmentation massive du télétravail pendant la pandémie.
Ce nouveau «standard» offre aux hackers une toute nouvelle audience et une cible facile qui n’ont pas l’habitude de se protéger des menaces. Ces nouvelles habitudes de travail ont conduit à une augmentation des attaques RDP (Remote Desktop Protocol) de Microsoft dans le monde, selon le fournisseur de sécurité Kaspersky.

Les mails comme porte d’entrée

Les cybercriminels sont bien conscients que chaque industrie présente des vulnérabilités spécifiques. Ils exploitent ces vulnérabilités en passant de campagnes de phishing massives à des attaques plus ciblées. Par exemple, certaines se concentrent sur des entreprises individuelles, généralement de haut niveau, car elles ont souvent beaucoup à perdre, tandis que d’autres ciblent un secteur particulier en utilisant des logiciels malveillants adaptés aux technologies utilisées dans ce secteur.

Dans certains cas, ils utilisent les deux, comme lors de la récente attaque Honda. Le piège dans ce cas était une variante du ransomware Snake qui pouvait à la fois désactiver les mesures de protection et cibler les systèmes d’exploitation SCADA industriels utilisés dans la fabrication de véhicules.

Les attaques de ransomwares deviennent rapidement une «entreprise» de plus en plus diversifiée. Les victimes risquent désormais de voir leurs données sensibles collectées lors d’une attaque de cryptage. Il devient également de plus en plus clair que les ransomwares ciblent régulièrement les systèmes de sauvegarde et de reprise après sinistre ainsi que les données en temps réel. Du moins en apparence car il faut du temps pour vérifier l’intégrité de ces défenses …

Suivez l’actualité de ransomware

Que peut faire une entreprise pour se protéger de ce qui est aujourd’hui l’une des plus grandes menaces pesant sur son système informatique? Il n’y a pas de réponses faciles ou d’outils simples qui peuvent résoudre le problème.

Plutôt qu’une solution miracle, c’est plutôt une approche méthodologique qu’il faut privilégier: sensibiliser et éduquer les utilisateurs finaux sur la sécurité, mettre à jour les outils anti-malware sur les postes de travail et l’infrastructure, et s’assurer que les stratégies et outils de sauvegarde sont suffisamment robustes pour faire face aux menaces contre les ransomwares et permettre un retour rapide à la normale.

Toutes ces mesures méritent d’être envisagées, mais en tant que dernière ligne de défense, c’est la protection qui est la plus importante. D’autant que l’utilisation de périphériques NAS (Network Attached Storage) pour la sauvegarde et l’archivage est répandue et qu’ils sont en eux-mêmes une cible facile. C’est la «partie réseau» qui expose les périphériques NAS au plus grand risque, les rendant faciles à identifier et, une fois trouvés, faciles à attaquer. Souvent sans que personne ne le sache jusqu’à ce que les demandes de rançon arrivent dans la boîte de réception.

La première approche consiste à verrouiller le réseau auquel les périphériques NAS sont connectés, tout en s’assurant que le micrologiciel du NAS est à jour avec toutes les dernières mises à jour de sécurité. Au-delà, il est intéressant de profiter de l’authentification à deux facteurs lorsqu’elle est disponible, et de SSL pour mieux sécuriser l’accès à distance si nécessaire.

Les bonnes pratiques contre les ransomwares

D’autres bonnes pratiques incluent le blocage automatique des adresses IP après l’échec répété d’attaques de connexion par «force brute», ainsi que l’utilisation du cryptage des données et des pare-feu spécifiques au NAS.

En matière de cybersécurité, il vaut mieux être très prudent. Autrement dit, effectuez des sauvegardes fréquentes et régulières du stockage NAS et stockez ces copies à distance (de préférence hors site) et sans connexion au réseau. C’est le seul moyen de garantir qu’il existe une version propre et récupérable des données qui n’est pas obsolète.
Sans oublier, cependant, que cela doit être combiné avec des contrôles d’intégrité réguliers et des analyses de logiciels malveillants pour s’assurer que les données copiées ne sont pas déjà compromises.

La menace du ransomware cessera-t-elle un jour de planer? Possible, mais sûr, de faire de la place à une menace au moins aussi grande. C’est pour cette raison que de nombreuses entreprises cherchent à le désinfecter au niveau du stockage de données avec les capacités de stockage d’objets, de contrôle de version, de technologie WORM (Write Once Read Many) et de systèmes de fichiers immuables.

Gartner prédit qu’env. 20% des données de l’entreprise d’ici 2021 seront stockées en mode scaling contre 30% aujourd’hui. La fin du ransomware n’est pas a priori pour demain, il semblerait que ce soient ces technologies associées au stockage de données qui permettent de désarmer ce type d’attaque et de voir un peu de lumière au bout du tunnel!

Catégories
Association Attaque Entreprise de construction Etude EvilQuest Hôpital hyères informatique Mairie Non classé Ransomware Sécurité Technologie

Le Cigref s’inquiète de la reprise des attaques par ransomware

Dans un communiqué de presse publié cette semaine, le Cigref met en garde contre la montée des cyberattaques et la menace que cette hausse fait peser sur l’économie française. Et ce alors que de plus en plus d’entreprises en France sont concernées par les attaques de ransomwares.

Le Cigref s’inquiète de la reprise des attaques par ransomware

Un risque informatique pour les entreprises Francaises:

Depuis le début de l’année scolaire, les assaillants n’ont pas désarmé et l’épidémie de rançon commence à se manifester. Le Cigref, organisation qui regroupe un réseau de grandes entreprises et administrations françaises sur le thème du numérique, indique avoir adressé une lettre au Premier ministre l’avertissant de «l’augmentation du nombre et de l’intensité des cyberattaques» et de l’impact de cette situation sur l’économie française.

« Les pertes d’exploitation des centaines d’entreprises, grandes et petites, qui ont subi une cyberattaque ne sont plus anecdotiques, comme le montre trop souvent l’actualité », a déclaré Cigref dans son communiqué de presse. L’organisation reconnaît les efforts déjà consentis par l’Etat à travers Anssi, mais note «l’insuffisance des réponses de la communauté internationale et des Etats face à la réalité d’une menace qui se déploie à l’échelle mondiale.» Le Cigref saisit également l’occasion pour pour pointer du doigt les fournisseurs de systèmes numériques dont les pratiques sont jugées inadéquates: le Cigref appelle à une régulation de ces acteurs pour améliorer la sécurité globale des entreprises utilisant ces outils.

Covid + ransomware = pas bon!

Le contexte est en effet délicat pour les entreprises déjà touchées par la crise sanitaire et les mesures d’endiguement mises en place par le gouvernement. Mais la période a également été marquée par une vague d’attaques de ransomwares qui a frappé les entreprises françaises. Nous avions publié des retours de Paris Habitat, mais de nombreuses autres victimes d’attaques de ransomwares ont été touchées ces dernières semaines.

On peut citer le quotidien Paris Normandie, la société de services informatiques Umanis, Scutum ou encore Siplec. Il y en a beaucoup d’autres dont les attaques ont été revendiquées par des groupes de cybercriminalité mais non confirmées par les victimes. Et on ne parle que des victimes qui ont été déclarées depuis début novembre, mais beaucoup passent sous le radar et ne communiquent pas et espèrent que les assaillants ne communiquent pas non plus (ce qui est loin d’être évident).

Outre les entreprises, de nombreuses administrations et collectivités locales sont également touchées: les chambres d’agriculture du Centre-Val de Loire et de la Nouvelle-Aquitaine ont ainsi porté le poids de ces attaques, ainsi que Vincennes ou la ville de Bondy, qui rapporte avoir été touchée deux fois de suite. une attaque informatique en dix jours. Une nouvelle typologie des victimes préoccupe particulièrement Anssi, qui publie désormais un guide de sécurité pour les communes et envisage de profiter du plan de relance pour lancer un plan de sécurisation des systèmes informatiques des collectivités locales.

La tendance à la hausse des cyberattaques est observée depuis plusieurs mois maintenant: leMagIt avait réalisé un premier recensement des cyberattaques en septembre, laissant supposer avoir identifié des dizaines de victimes en France et plus de 700 dans le monde. . Cigref n’est donc pas déplacé pour rien: la facture (ou rançon) de l’économie française peut s’avérer salée.

Catégories
Association Attaque Entreprise de construction Etude informatique Non classé Ransomware Sécurité Technologie

L’incident technique de Paris Habitat était en fait un ransomware

La firme Paris Habitat confirme avoir été touchée par des ransomwares, ce qui a conduit à la paralysie de ses services pendant plusieurs jours. Cependant, Paris Habitat a refusé de payer la rançon et a reconstruit son système sur la base de sauvegardes.

Après près de trois semaines de silence radio, Paris Habitat fournit des détails sur la cyberattaque qui a paralysé ses services. Comme l’ont mentionné MagIT et plusieurs sources internes, c’est en fait un ransomware qui a affecté les services informatiques du bailleur social parisien. «L’attaque a eu lieu dans la soirée du 27 octobre et a été détectée par nos systèmes informatiques le 28 au matin», explique Marie Godard, directrice adjointe de Paris Habitat. «On pense que le vecteur d’intrusion est une attaque de phishing, mais notre enquête n’est pas encore terminée. Cependant, le groupe derrière l’attaque a été identifié comme étant Sodinokibi. « 

Il y a donc eu une demande de rançon, mais Marie Godard explique que « la question ne s’est pas posée. On s’est rendu compte que nous avions des sauvegardes audio remontant au mardi 27 octobre, ce qui nous a évité d’avoir à envisager de payer une rançon. » Paris Habitat garantit qu’il n’y a pas eu de perte ou de vol de données. Quinze jours après la première attaque, Sodinokibi n’a en fait publié aucune donnée sur son site Internet Paris Habitat, suggérant que les données des utilisateurs n’ont pas été effectivement volées.

Pour limiter l’attaque, la direction a choisi d’arrêter tout son système informatique mercredi avant de redémarrer progressivement les systèmes à partir de vendredi. « Nous avons immédiatement alerté nos partenaires directs de la situation », a déclaré le directeur adjoint. Paris Habitat héberge en effet un data center à Paris, qui héberge également AP-HP et Eau de Paris. Mais «la partition entre les différents SI a permis de limiter le risque de reproduction», assure Marie Godard.

En reconstruction
La continuité du service a été assurée en s’appuyant sur le réseau de gardiens d’immeubles de Paris Habitat: le site internet sur place a ainsi référé les locataires à leur concierge ou à un numéro de téléphone unique permettant l’Information. Un site Internet du personnel a également été mis en place pour leur fournir des informations sur le redémarrage des systèmes et les mesures à mettre en œuvre pour le confinement. Lorsque l’attaque a été déclarée quelques jours avant l’annonce du confinement, il valait mieux tuer deux oiseaux d’une pierre. «Le problème maintenant est de récupérer en s’assurant que tout est fiable», a déclaré le directeur adjoint, qui a déclaré que le groupe travaillait avec Frame IP pour remettre les systèmes en marche.

«Nous devons nous assurer que toutes les données sont fiables et que les machines des employés le sont également. Au total, donc, plus de 1 500 ordinateurs portables doivent être ciblés pour s’assurer qu’ils ne sont pas compromis. Selon le directeur adjoint, il y a déjà eu plus de 1 200 unités. Elle explique que les services sont progressivement redémarrés, puisque le site doit être de nouveau en ligne « avant la fin de la semaine ». Le groupe a déposé une plainte et BEFTI et OCLCTIC sont chargés de l’enquête. Un rapport a également été fait à la CNIL. Paris Habitat explique également avoir prévenu Anssi de l’attaque.

Sodinokibi ou Revil fait référence à un groupe de cybercriminalité particulièrement actif, spécialisé dans les attaques de ransomwares. Apparu en avril 2019, ce ransowmare fonctionne sur le modèle de RaaS (Ransomware as a Service), ce qui signifie qu’il loue ses malwares à des groupes tiers, «affiliés», responsables de la réalisation des attaques, alors que les créateurs du malware sont normaux responsable de la négociation et de la récupération de la rançon puis de la redistribution des gains. Revil est un groupe connu pour télécharger et revendre les données qu’il vole à ses victimes via un site dédié. Mais jusqu’à présent, le groupe n’a pas revendiqué la responsabilité de l’attaque ou téléchargé des données appartenant à Paris Habitat.

Catégories
Apple Attaque Entreprise de construction informatique Mac MacOS prix Ransomware Sécurité Technologie

Le deuxième fabricant mondial d’ordinateurs portables Compal touché par les ransomwares

ROCK HSU Président-RAY CHEN Vice-président et CSO-MARTIN WONG Président et PDG

Compal, une société taïwanaise qui fabrique des ordinateurs portables pour certaines des plus grandes marques d’ordinateurs, a été victime d’une attaque de rançon au cours du week-end. L’attaquant était soupçonné d’être le gang DoppelPaymer, selon une capture d’écran de la rançon partagée par des employés de Compal avec des journalistes de Yahoo Taiwan.

Les usines de Compal fabriquent des ordinateurs portables pour Apple, Acer, Lenovo, Dell, Toshiba, HP et Fujitsu.

Le patron de Compal nie les attaques de ransomware et admet le piratage
Malgré les rapports des médias locaux, Qingxiong Lu, PDG adjoint de Compal, a admis lundi dans un communiqué à United News Network que la société avait subi une faille de sécurité, mais a nié que la récente interruption du service ait été causée par un ransomware. « Compal ne fait pas l’objet de chantage de la part de pirates informatiques, comme le dit la rumeur », a déclaré le directeur de Compal aux journalistes.

En outre, Qingxiong a déclaré que l’incident n’avait affecté que le réseau de bureaux interne de l’entreprise et que les lignes de production de Compal qui fabriquent des ordinateurs portables pour d’autres entreprises n’avaient pas été affectées. Monsieur. Qingxiong pensait que l’état de l’entreprise reviendrait à la normale une fois que le personnel aurait fini de restaurer tous les systèmes affectés par ce qu’il a décrit comme des «anomalies».

Compal est aujourd’hui le deuxième plus grand fabricant d’ordinateurs portables au monde après Quanta Computer, une autre société taïwanaise. Dans le passé, Compal a produit des ordinateurs portables pour des entreprises telles que Apple, Acer, Lenovo, Dell, Toshiba, HP et Fujitsu. Outre les ordinateurs portables, l’entreprise fabrique également des moniteurs, des tablettes, des montres intelligentes, des téléviseurs intelligents et d’autres périphériques pour ordinateurs.

Compal est la troisième grande usine taïwanaise à être touchée par les ransomwares cette année. La société d’énergie publique taïwanaise CPC Corp. a été touchée par le ransomware ColdLocker en mai, tandis que l’usine taïwanaise du fabricant américain de montres intelligentes Garmin a été touchée par le ransomware WastedLocker en juillet.

Catégories
Android Apple Association Bitcoins COVID-19 Entreprise de construction Etude EvilQuest GandCrab Hakbit Hôpital hyères NetWalker Non classé Orange prix Ragnar Locker Ransomware Ryuk Sécurité sodinokibi Technologie ThiefQuest vidéo

Ransomware: Septembre 2020 sans précédent

La rentrée scolaire a été marquée par un nombre sans précédent de cyberattaques connues impliquant des ransomwares. Le fruit de la connexion entre plusieurs facteurs. Et ceux-ci ne suggèrent aucun règlement réel.

Ransomware: Septembre 2020 sans précédent

En septembre, nous avons enregistré près de 270 attaques de ransomwares dans le monde, une explosion par rapport aux mois précédents, alors que juin et août ont déjà été marqués par une activité intense des cybercriminels. Mais attention aux trompe-l’œil.

En France, nous avons dénombré 10 cas confirmés, auxquels s’ajoute un cas suspect, mais non confirmé à ce moment, vers le 8 août et à peu près le même en juillet. Les attaques confirmées sont répertoriées sur la chronologie que nous mettons à jour régulièrement. Sur Intrinsec, Cyrille Barthélemy rapporte 13 cas «en crise» en septembre contre 10 en août.

Et de préciser que sa capacité d’intervention n’était évidemment pas la même en plein été qu’en début d’année scolaire. Chez I-Tracing, Laurent Besset a noté 9 interventions sur le mois dernier contre 4 en dessous de la précédente. Chez Advens, Benjamin Leroux fait 3 interventions majeures et moins de 5 interventions plus petites. Mais toujours 150 détections de menaces qui pourraient conduire à une détonation de ransomware, principalement Emotet.

Début septembre, l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (Anssi) a rapporté avoir traité 104 attaques de ransomwares depuis le début de l’année contre 54 sur l’ensemble de 2019. Et bien sûr, cela ne prend pas en compte les cas hors de son champ d’application.

Concernant la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr, le directeur général de GIP Acyma, Jérôme Notin, a encore signalé 1.082 signalements de ransomwares début septembre depuis le lancement de la plateforme le 4 février, avec 44% d’entreprises ou d’associations et 10 % d’administrations ou de communautés. En septembre, Jérôme Notin a enregistré 131 demandes d’assistance, contre 104 en août et 122 en juillet.

En France, à ce stade, il semble difficile de parler d’une explosion. Mais si la tendance à la hausse semble moins prononcée que pour le reste du monde, la menace semble sans doute rester à un niveau élevé.

Il y a au moins deux explications possibles de la situation, qui suggèrent que la menace ne diminuera probablement pas dans un proche avenir. Nous les développons ci-dessous le long de la chronologie.

LIEN

Catégories
Android Apple Association Attaque Bitcoins COVID-19 Ekans Entreprise de construction Etude EvilQuest GandCrab Hakbit Hôpital hyères informatique Mac MacOS maze Nefilim NetWalker Non classé Orange prix Ragnar Locker Ransomware revil Sécurité Shade sodinokibi Technologie ThiefQuest vidéo

L’été meurtrier 2 (toujours pas le film), un ransomware.

La rentrée scolaire a été marquée par un nombre sans précédent de cyberattaques connues impliquant des ransomwares. Le fruit de la connexion entre plusieurs facteurs. Et ceux-ci ne suggèrent aucun règlement réel.

L’été meurtrier 2 (toujours pas le film), un ransomware.

En septembre, nous avons enregistré près de 270 attaques de ransomwares dans le monde, une explosion par rapport aux mois précédents, alors que juin et août étaient déjà marqués par une activité intense des cybercriminels. Mais attention aux trompe-l’œil.
En France, nous avons dénombré 10 cas confirmés, auxquels s’ajoute un cas suspect, mais non confirmé à ce moment, vers le 8 août et à peu près le même en juillet. Les attaques confirmées sont répertoriées sur la chronologie que nous mettons à jour régulièrement. Sur Intrinsec, Cyrille Barthélemy rapporte 13 cas «en crise» en septembre contre 10 en août.

Et de préciser que sa capacité d’intervention n’était évidemment pas la même en plein été qu’en début d’année scolaire. Chez I-Tracing, Laurent Besset a noté 9 interventions sur le mois dernier contre 4 en dessous de la précédente. Chez Advens, Benjamin Leroux fait 3 interventions majeures et moins de 5 interventions plus petites. Mais toujours 150 détections de menaces qui pourraient conduire à une détonation de ransomware, principalement Emotet.

Début septembre, l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (Anssi) a rapporté avoir traité 104 attaques de ransomwares depuis le début de l’année contre 54 sur l’ensemble de 2019. Et bien sûr, cela ne prend pas en compte les cas hors de son champ d’application.

Concernant la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr, Jérôme Notin, PDG de GIP Acyma, a encore signalé début septembre 1.082 signalements de ransomwares à ce jour depuis le lancement de la plateforme le 4 février, avec 44% d’entreprises ou d’associations et 10 % d’administrations ou de communautés. En septembre, Jérôme Notin a enregistré 131 demandes d’assistance, contre 104 en août et 122 en juillet.

En France, à ce stade, il semble difficile de parler d’une explosion. Mais si la tendance à la hausse semble moins prononcée que pour le reste du monde, la menace semble sans doute rester à un niveau élevé.

Il y a au moins deux explications possibles de la situation, qui suggèrent que la menace ne diminuera probablement pas dans un proche avenir. Nous les développons ci-dessous le long de la chronologie.

Catégories
Android Apple Attaque Bitcoins COVID-19 Ekans Entreprise de construction EvilQuest GandCrab Hôpital hyères informatique Mac MacOS maze Nefilim NetWalker Orange prix Ragnar Locker Ransomware revil Sécurité Shade sodinokibi Technologie ThiefQuest

L’été meurtrier (pas le film), un ransomware.

Plusieurs entreprises ont été touchées, dont certaines ont décidé de traverser Rubicon en payant une rançon. Dans le même temps, les cybercriminels se structurent et se professionnalisent.

L’été meurtrier (pas le film), un ransomware.

Il est difficile de trouver une semaine sans voir une ou plusieurs entreprises victimes de ce fléau. En juillet, Netwalker était soupçonné d’avoir gravement perturbé l’activité MMA de la compagnie d’assurance, tout comme le groupe de construction Rabot Dutilleul. Une succursale d’Orange Business Services a été attaquée par Nefilim et a volé 350 Mo de données. Comment ne pas mentionner Garmin, dont la production a été arrêtée pendant deux jours, ainsi que ses sites Web, ses applications mobiles, ses appels téléphoniques, son chat en ligne et sa messagerie.

Et le mois d’août n’a pas été plus paisible, au contraire. Les vacances ont été gâchées pour Carlson Wangonlit Travel by Ragnar Locker ransomware. 30 000 PC auraient été bloqués et 2 To de données volées. Autre spécialiste du voyage dans les troubles, l’une des marques sur la compagnie de croisière Carnival a été visée par une attaque. La litanie se poursuit avec le groupe Maze, qui regroupe plusieurs sociétés Canon, LG et Xerox. Récemment, la société coréenne de semi-conducteurs SK Hynix a été touchée par ce gang. Le groupe derrière Sodinokibi, quant à lui, a poursuivi Brown-Forman, la société mère de Jack Daniel. Le fournisseur de services complets Spie a eu du mal à se débarrasser du ransomware Nefilim. 4 sites de production ont été fermés par MOM, propriétaire des compotes Materne et des crèmes MontBlanc. LIEN

Catégories
Attaque Entreprise de construction informatique maze Ransomware Sécurité

Le groupe de construction et le ransomware (histoire)

Le groupe de construction Leon Grosse a été impacté par le ransomware Maze, qui avait déjà été illustré pour avoir également fait rage sur Bouygues Construction. L’entreprise indique un retour progressif à la normale de ses équipements et services informatiques.

L’été meurtrier des ransomwares n’est pas terminé. Après Bouygues Construction et Rabot Dutilleul, c’est au tour d’un autre groupe de construction d’être touché par les ransomwares. Dans ce cas, c’est la société Léon Grosse qui est touchée par le labyrinthe, selon Ransom Leaks. Ce malware est illustré avec précision pour affecter Bouygues Construction, tandis que du côté de Rabot Dutilleul, c’est le ransomware Netwalker qui l’a envahi.

« Le groupe Léon Grosse a fait l’objet d’une cyberattaque le 26 août 2020. Les systèmes d’information ont donc été interrompus pour stopper la propagation de l’attaque », a expliqué la société. Les équipes, accompagnées d’experts externes, travaillent actuellement pour analyser et rétablir la situation dans les meilleurs délais. Les équipements et services informatiques sont ainsi progressivement restaurés. En coopération avec les autorités compétentes, tout est mis en œuvre pour limiter l’impact de cet incident sur nos clients et partenaires ». Contacté pour plus de détails, Léon Grosse n’a pas encore répondu à notre demande.

Les sites Web ne sont toujours pas disponibles
Si Léon Grosse indique que son activité commerciale ainsi que ses sites Internet fonctionnent, ce n’est pas encore le cas de son informatique, en tout cas qu’il supporte ses sites Internet: «Pour des raisons techniques, les sites Internet du Groupe Léon Grosse et de ses filiales sont temporairement indisponibles . Nous travaillons au redémarrage de toutes nos pages, et nous nous en excusons », peut-on relire cet après-midi sur le site principal de l’entreprise. Léon Grosse a été fondée en 1954 et compte près de 2 300 employés et un chiffre d’affaires de près de 725 millions d’euros l’an dernier. LIEN