Catégories
Armée Attaque Cybercriminels Europe informatique LockBit Ransomware Sauvegarde Sauvegarde informatique Sécurité Service informatique

Cyberattaques de Thales: Lockbit publie les données volées de Thales sur le web

Le récent piratage de Thales prend maintenant un renversement beaucoup plus problématique. Bien que Locbkit n’ait apparemment pas fait de demande de rançon au groupe français, les données récupérées lors du piratage sont maintenant en ligne sur le forum collectif. Les experts en cybersécurité de l’entreprise cherchent désormais à évaluer l’étendue des dommages.

Cyberattaques de Thales: Lockbit publie les données volées de Thales sur le web

Il n’a fallu que quelques jours aux pirates les plus productifs pour le moment pour effectuer leur menace. Le 2 novembre, nous avons appris que Lockbit 3.0, qui a acquis une certaine réputation en 2022, a attaqué le navire amiral des armes françaises. Les éléments de l’affaire étaient encore relativement vagues. Thales affirme avoir reçu une requête de rançon à ce jour.

Lockbit, à son tour, prétend être à l’origine de l’attaque, mais n’avait encore fourni aucune preuve de ces réclamations. Cela se fait maintenant comme l’ont découvert nos collègues de Franceinfo. Ce dernier a en fait trouvé la trace des données volées sur le groupe sur le forum collectif russe. Cela signifie analyser lesdites données pour évaluer l’étendue des dommages.
Les données concernant les Thales, que le groupe Lockbit 3.0 avait réclamé le vol, a été envoyée en ligne à Darkweb jeudi, nous avons appris vendredi de Defense and Technology Group, pour qui il n’y a pas de « influence sur ses activités ». « Le 10 novembre 2022, un groupe d’extorsion et ransomicine (Lockbit 3.0) a publié des données relatives à Thales sur sa plateforme », a déclaré ce dernier dans un communiqué, confirmant les informations de Franceinfo.
Ils ont mis leurs menaces. Le groupe de pirates russes Lockbit 3.0 a publié vendredi sur le sombre Web de données confidentielles concernant la société Thalès, victime d’une cyberattaque le 31 octobre, selon France Info. Cela n’a aucune « influence sur les activités de l’entreprise », dit-elle.

Il n’y a «aucune contribution» dans les systèmes d’information du groupe, a déclaré Thales

Les pirates avaient indiqué de leurs cyberattaques que « toutes les données disponibles seraient publiées » après un défilé compte jusqu’au 7 novembre. Le groupe électronique français spécialisé dans l’espace, la défense et la sécurité a assuré que la France n’a pas reçu de demande de rançon.

Pour le moment, ils semblent relativement modérés. En fait, Thales ne montre pas un véritable signe de préoccupation et préfère plutôt montrer un look pour une nouvelle violation « en mobilisant systématiquement ses équipes d’experts en sécurité, la protection des données de nos parties prenantes est notre priorité absolue. Cependant, la société a déclaré qu’aucune de ses activités n’a été affectée par l’attaque.

De sa part, la carte Insolence Lockbit joue comme d’habitude. Le groupe avait annoncé la publication des données le 7 novembre, il est clair qu’il tenait une promesse. À partir de maintenant, ce dernier offre son aide aux clients de Thalès et appelle une plainte contre la société et soutient qu’elle a « largement négligé les règles de confidentialité ». Plus que jamais, le collectif est toujours le groupe de pirates le plus important pour le moment, absolument pour regarder de près.

C’est la deuxième fois cette année que la société française, spécialisée dans l’aérospatiale, est victime du partage de données après un piratage du groupe Lockbit 3.0.


Il n’y a « aucune pénétration » dans les systèmes d’information du groupe, a déclaré Thales, qui induit « deux sources probables de vol d’information ». Le premier a été identifié: il s’agit de « l’histoire d’un partenaire sur un portail d’échange dédié » créé avec Thales, selon le groupe, pour qui cela a conduit au dévoilement d’une information de volume « limitée ». La recherche pour identifier la deuxième source de vol se poursuit.

Minimiser l’influence potentielle sur les clients
« Thales travaille en étroite collaboration avec le partenaire en question et fournit les ressources et le soutien technique nécessaires pour minimiser tout impact potentiel sur les clients et les parties prenantes affectées », a ajouté la clôture.

Le groupe russe de Lockbit 3.0 avait perturbé la fonction du centre hospitalier du sud-francilais (CHSF) à Corbeil-Esonnes en lançant une cyberattaque spectaculaire en août. Il a demandé une rançon de 10 millions de dollars, puis a publié des données de patients, de personnel et de partenaires.

Pas de rançon -request
Pour l’attaque contre Thales, les pirates ont menacé de publier « toutes les données disponibles » le 7 novembre, selon eux « très sensible, confidentiel, à haut risque », citant le fonctionnement de la société, Documents commerciaux, des dossiers comptables, client , Fichiers clients, logiciels. Thales dit qu’il a « fait l’objet de toute nouvelle rançon ».

L’annonce du dévoilement des données volées semblait être des investisseurs alarminants: le cours Thales -Aktie était en baisse de 7,57%, à 113,55 euros, vendredi après-midi à la Bourse de Paris, sur un marché ascendant.
C’est la deuxième fois cette année que la société française est victime d’un piratage massif, après une première attaque en janvier. Les mêmes cybercriminels avaient déjà été capables de données appropriées, et Thales ne semblait pas avoir à faire chanter la demande de rançon. Des centaines de fichiers zip, le dernier daté du 1er janvier 2022, avaient été publiés par des pirates informatiques. C’étaient des outils internes, y compris le code informatique.

Le groupe de pirates Lockbit 3.0 a déjà fait plusieurs victimes en France. Ils sont particulièrement à l’origine d’une importante cyberattaque contre l’hôpital Corbeil-Assonnes, où ils ont demandé une rançon en échange de non-publication des données volées. Récemment, l’hôtel de ville de Chaville (Hauts-de-Seine) a également été touché.

Catégories
Armée Association Cybercriminels Etude Europe informatique Sauvegarde Sauvegarde informatique Sécurité Service informatique Technologie

Une plate-forme française montre des cyber-menaces contre l’Ukraine

Un projet conjoint sur Cybercampus avec plusieurs acteurs privés montre les attaques en Ukraine depuis le début de la guerre et propose de télécharger des fichiers pour éviter les attaques.

Une plate-forme française montre des cyber-menaces contre l’Ukraine


Nous pouvons parler d’une première initiative conjointe depuis le lancement de Cyber ​​Campus en février. Une plate-forme de collaboration montre les cyber-menaces les plus importantes qui ont émergé depuis l’invasion de l’Ukraine de la Russie. Plus qu’un simple lieu d’information montre que ce portail est des rapports sur les derniers logiciels malveillants.

Encore mieux, tout gestionnaire informatique d’une entreprise peut télécharger des fichiers contenant des informations malveillantes utilisées en Ukraine pour sécuriser davantage le système de protection informatique. Par conséquent, un montant électronique ou un lien frauduleux utilisé auparavant dans le conflit peut être détecté par un logiciel, une fois mis à jour. Tous les rapports et fichiers à télécharger peuvent être trouvés dans la section Portal Share. LIEN

Catégories
Aérien Armée Attaque Banque Cybercriminels Déchiffrement Etude Europe Hôpital hyères informatique Mac MacOS Mairie Mobile Orange presse prix Ransomware Sauvegarde Sauvegarde informatique Sécurité Service informatique Technologie Transport Uncategorized vidéo Ville de Hyères Windows

Le groupe d’ingénierie français Akka est affecté par une attaque au ransomware

Akka Technologies, un groupe d’ingénierie et de conseil français, a été frappé par une attaque de ransomware qui affectent une bonne partie de l’entreprise et les 21 000 employés.

Le groupe d’ingénierie français Akka est affecté par une attaque au ransomware

Akka est l’un des plus grands conseils technologiques et technologiques européens. Il vient d’être acheté par le groupe suisse Adecco, qui l’a retiré début mai à la Bourse. Adecco fusionnera l’entreprise avec sa filiale MODIS, qui se spécialise également dans l’ingénierie, pour créer un nouveau géant de service en technologie capable de rivaliser avec des acteurs plus importants dans le secteur tels que Cap Gemini.

Ingénierie, pour créer un nouveau géant de service dans une technique capable de concurrencer les plus grands acteurs du secteur en tant que Cap Gemini.

Il s’agit d’une attaque de ransomware où le pirate trouve les données sur sa victime et revendique une rançon pour donner les clés pour déchiffrer. Akka Technologies ne veut pas donner de détails sur l’étendue de l’attaque pour ne pas informer l’attaquant.

Catégories
Apple Armée Association Attaque Banque Cybercriminels Entreprise de construction Etude Europe Hôpital hyères informatique Mairie Mobile Orange Ragnar Locker Ransomware Sécurité Service informatique Technologie

Ransomware sur chaîne d’approvisionnement pour 2022.

Parmi les sujets auxquels nous sommes confrontés en 2022, il sera nécessaire de compter sur la prévalence et d’augmenter l’intensité des attaques de ransomware qui ont une partie monopolisée de la nouvelle en 2021. En fait, ce problème est loin d’être en phase de disparition. Ces menaces deviennent susceptibles de devenir plus dangereuses dans un contexte où les cybercriminels cherchent à avoir un impact maximal.
Les attaques d’escalade via des chaînes d’alimentation sont une tendance importante et troublante. Les cybercriminels cherchent à générer une destruction massive.

Ransomware sur chaîne d’approvisionnement pour 2022

Nous devons nous attendre à un plus grand nombre d’attaques visant à la chaîne d’approvisionnement numérique en 2022, d’autant plus que la déficience actuelle des talents, elle pousse les entreprises à compter encore plus sur les plates-formes, les services et les outils logiciels tiers

Catégories
Armée Attaque Bitcoins Cybercriminels Déchiffrement informatique LockBit prix Ransomware Sécurité Service informatique Uncategorized

Le ministère de la Justice visé par un ransomware, les pirates « proposent » de publier des données

Le ministère de la Justice est ciblé par un ransomware

Le ministère français de la Justice victime d’un ransomware. C’est ce que propose le youtubeur « Defend Intelligence » sur Twitter. Selon ses sources, des données ont été compromises et les pirates menacent de les publier le 10 février 2022 si la rançon requise n’est pas payée par les autorités.

Lockbit 2.0 Groupe de rançongiciel, connu pour avoir attaqué Thales, en veillant à ce qu’elle ait réussi à hérir le ministère de la Justice. Le compte à rebours dans le soutien menace de publier des documents car ils auraient non plus sûr lors de l’attaque dans un délai de deux semaines.

Un gros compte à rebours rouge, ils menacent de publier des document

Sur son site, le groupe de cybercriminels prétend avoir attaqué des organisations italiennes et danoises ou espagnoles. Lors de la dernière mise à jour de ses victimes présumées, en plus du site Web du ministère de la Justice, il a indiqué que la municipalité de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) serait également concernée. Contacté par Libération, Eric Berdoats, maire, confirmer: « Nous étions le sujet du vendredi dernier tôt le matin d’un cyberrataker qui a paralysé tous nos systèmes. » Une plainte a été soumise au procureur de Paris.

le ministère de la Justice ciblé par Le groupe de rançongiciel Lockbit

Le responsable choisi ne veut pas indiquer si une demande de rançon a été reçue. Cependant, il est appelé aucune couverture de données pour le moment. « Petit à petit, nous reviendrons dans l’activité, nous réussirons ici à la fin de la semaine pour restaurer tout », continue-t-il. La mairie doit encore racheter des serveurs et « réinvestir dans une nouvelle infrastructure ». Un prix qui dépasserait les cent mille euros. Pour rappel, en décembre, plusieurs maisons de ville de Seine-Saint-Denis ciblent également une attaque de Rankong.
Selon Kaspersky Cyberscurity Company, Ransomware Lockbit « est un logiciel malveillant conçu pour bloquer l’accès aux utilisateurs avec des systèmes informatiques et soulever le blocage en échange d’une rançon ». C’est une attaque privilégiée sur les entreprises cibles ou d’autres organisations. Premièrement appelé « Virus.ABCD », le programme Lockbit sera utilisé dans des attaques identifiées depuis septembre 2019. «Les États-Unis, la Chine, l’Inde, l’Indonésie et l’Ukraine sont déjà ciblés dans le passé de ces types d’attaques», ajoute la société. De même pour plusieurs pays européens.

Catégories
Armée Attaque Cybercriminels Evil Corp informatique Ransomware revil Sécurité Service informatique

À la demande des États-Unis, la Russie arrête le gang REvil, l’un des gangs de rançongiciels les plus actifs.

Le FSB affirme qu’il a répondu à l’appel des « autorités américaines compétentes », après avoir souligné « le chef de l’association criminelle et son implication » dans les cyberattaques.

Le FSB a démantelé le groupe de cybercriminels, une requête formulée par les Etats-Unis, principale victime de REvil.
La Russie a démantelé, à la demande des États-Unis, le groupe de hackers REvil.
Renforcement de la coopération entre Moscou et Washington dans la lutte contre la cybercriminalité.
REvil, un rançongiciel des plus célèbres, qui a extorqué des millions d’euros à des centaines d’entreprises, notamment françaises.
La Russie annonce l’arrestation du gang de rançongiciel REvil.


L’intelligence russe a organisé l’arrestation dans sa superficie de 14 cybercriminels soupçonnés de faire partie de la célèbre bannière Wil. Rarissime, cette chirurgie de la police suit un appel des autorités américaines. Normalement, Moscou refuse de coopérer avec des pouvoirs étrangers et la Russie est considérée comme un refuge pour certains réseaux cybercoises. Si ce type de coopération est reproduit, ce serait un changement important dans la lutte contre la cybercriminalité.
Un message d’attente spécial tandis que les lignes sont ces logiciels qui cryptent vos données pour nécessiter une rançon, est devenue l’une des menaces informatiques les plus importantes dans le monde, n’a pas éjecté ce fléau. « Ces personnes ont développé des logiciels malveillants, organisé le vol de fonds sur les comptes bancaires des citoyens étrangers et leur dépôt, notamment en achetant des propriétés Internet coûteuses », explique FSB dans sa déclaration.

Ce 14 janvier marque 2022 un tournant dans la lutte contre la cybercriminalité? Le service de sécurité fédéral de la Fédération de Russie (FSB) a annoncé le succès d’un certain nombre d’arrestations dans quatre villes du pays (Moscou, Saint-Pétersbourg, Leningrad et Lipetsk) … à la demande des États-Unis.

Dans leur recherche, 14 personnes soupçonnées de faire partie du gangui-à-tête, l’un des plus célèbres opérateurs Rankoning qui ont extorqué des millions d’euros sur des centaines d’entreprises, notamment français et américains. L’opération a donc tiré une fonction finale sur les dommages des révisions.

Catégories
Armée Attaque Banque COVID-19 Cybercriminels Etude Hôpital hyères informatique presse prix Ransomware Sécurité Service informatique Technologie

« L’attaque de ransomware » a considérablement augmenté entre 2019 et 2020

Entre 2019 et 2020, les attaques de «Ransomware» destiné aux autorités publiques avec plus de 30% d’augmentation.

Au cours de cette période, des services nationaux de la police et de la gendarmeriet enregistrés entre 1 580 et 1 870 procédures relatives aux attaques de forages de rang. Ce sont des logiciels malveillants qui verrouillent des ordinateurs ou de l’ensemble du système informatique, puis demandent une rançon aux victimes. En cas de paiement, les victimes doivent recevoir une clé de déchiffrement pour reprendre l’accès aux données.

Selon l’estimation élevée, le nombre de procédures ouvertes en relation avec le ransomware a augmenté en moyenne de 3% de chaque année jusqu’en 2019, puis accéléré (+ 32%) entre 2019 et 2020. Néanmoins, cette étude, les procédures commerciales et les institutions ne représentent que 15%. d’attaques sur les systèmes de traitement de données automatisés enregistrés entre 2016 et 2020.

Le secteur industriel (qui représente 7% de l’économie française) est particulièrement touché: il représente 15% des victimes enregistrées. Les pouvoirs publics, l’éducation, la santé et l’action sociale sont surreprésentés: 20% des victimes, dont seulement 13% des institutions de la France. Dans ce secteur, les autorités locales sont particulièrement attaquées (85% des autorités publiques en 2020).

La rançon requise par les pirates hachistes deviennent plus importantes et demandées souvent à Cryptomonnaie, selon l’étude. La valeur médiane des montants enregistrés auprès de la police et de la gendarmerie a augmenté d’env. 50% par an entre 2016 et 2020, à 6 375 € pour 2020.

Catégories
Armée Attaque Cybercriminels Dridex Europe informatique Sécurité Service informatique Technologie

Les autorités belges subissent une cyberattaque de Log4j/Log4Shell

Le ministère de la Défense belge a confirmé identifié une attaque informatique de type Log4j.

Les autorités belges subissent une cyberattaque de Log4jLog4Shell

Le ministère Belge de la Défense joue une transparence en admettant une victime d’un piratage basé sur l’erreur Log4Shell. Le fonctionnement de ce dernier intégrant des logiciels malveillants Dridex.

Aujourd’hui, le ministère belge de la Défense a annoncé qu’elle avait été victime d’une attaque contre la vulnérabilité de Log4Shell. Le piraterie aurait eu lieu la semaine dernière et « certaines activités de département de la Défense ont été paralysées depuis plusieurs jours. »

Le porte-parole du Fonds a confirmé ces informations. « La défense a découvert jeudi une attaque sur son réseau informatique reporté sur Internet. Des mesures de quarantaine ont été rapidement prises pour isoler les parties touchées. La priorité est de garder le réseau de défense opérationnelle. En outre, il est dit: » Cette attaque suit l’exploitation de la vulnérabilité log4j, publiée la semaine dernière. « 

Catégories
Armée Association Attaque Bitcoins Cybercriminels Déchiffrement Etude Europe Hôpital hyères informatique Mairie Non classé presse prix Ransomware Sécurité Service informatique Technologie Uncategorized

Les intermittent de la cybercriminalité

Les chercheurs de la sécurité ont mis en évidence des personnes qui constituent une partie importante de l’écosystème de cybercrimination

Les intermittent de la cybercriminalité

Programmes de phishing, campagnes de logiciels malveillantes et autres opérations utilisent un nombre total de travailleurs ombragers. Pour leur offrir de meilleures opportunités de travail légitimes pourraient aider à réduire le crime?

Une collaboration de recherche avec l’Université technique tchèque à Prague et GoSecure et SecureWorks entreprises de sécurité Cyber a analysé les activités des personnes en marge de la cybercriminalité, les projets sous – jacents tels que la création de sites Web, finissent par être utilisés pour des attaques de phishing, les affiliés Systèmes pour diriger le trafic sur les sites Web compromis ou contrefaits ou écrire sur le code trouvé dans les logiciels malveillants.

Les gens sur l’origine de ces projets font parce qu’il est un moyen facile de gagner de l’argent. Mais faire ce travail, ils jettent les bases de campagnes malveillantes pour les cyber-criminels.

Un regard sur le web
L’étude, Mass Effect: Comment Opporitistic travailleurs conduisent dans la cybercriminalité et présenté au Black Hat États-Unis, trouve ses origines dans une analyse de l’Université technique tchèque qui a révélé des roues geost, un botnet et une campagne de logiciels malveillants Android comme des centaines infectés de milliers d’utilisateurs. Ce travail a permis aux chercheurs d’examiner les journaux pour certaines des personnes impliquées.

Ils ont pu trouver des traces de personnes dans ces journaux sur des forums en ligne et d’autres plates-formes de discussion et avoir une idée de leurs motivations.

«Nous avons commencé à comprendre que même s’ils étaient impliqués dans la diffusion de programmes malveillants, ils n’étaient pas nécessairement cerveaux, mais plutôt des travailleurs informels, ceux qui travaillent sur de petits projets», a déclaré Masarah Forfait-Clouston, chercheur de sécurité à Gosécur.

Bien que ces personnes sont au bas de la hiérarchie, ils exécutent des tâches utiles pour les cyber-criminels à des sites d’utilisation et d’outils, ils créent des activités malveillantes, y compris le phishing et les logiciels malveillants communication.

« Ils essaient de gagner leur vie et peut – être le salaire du crime mieux, donc ils vont là – bas, » a déclaré Sebastian Garcia, professeur adjoint à l’Université technique tchèque, affirmant que nous devons accorder plus d’ attention aux personnes qui oscillent entre la cybercriminalité et l’ activité juridique.

« Il y a beaucoup de gens dans ces forums publics que les sociétés de sécurité ne se rapportent pas, mais ce sont ceux qui soutiennent la majorité du travail, la création de pages web pour les e – mails de phishing, l’ APK, le cryptage, les logiciels malveillants, mulet, » dit – il.

L’arbre qui dissimule la forêt
« Si nous nous concentrons toujours sur des cerveaux » délinquants motivés « qui ont vraiment développé le Botnemetten et les moyens de gagner de l’argent avec tout cela, nous oublions les travailleurs », avertit M. Paquet-Clouston. « En tant que société, nous oublions souvent que beaucoup de gens sont impliqués et que ce n’est pas nécessairement des personnes très motivées, mais plutôt ceux qui finissent par faire l’activité », a-t-elle déclaré.

Mais cela ne signifie pas nécessairement que les personnes impliquées dans ces systèmes doivent être traitées comme des cybercriminels de vol élevé, en particulier lorsque certains ne savent même pas que leurs compétences sont utilisées pour la cybercriminalité.

En fait, il serait possible de donner à bon nombre de ces personnes la possibilité d’utiliser leurs avantages de compétences plutôt que de les utiliser pour l’aider à la criminalité.

Catégories
Aérien Android Apple Armée Association Attaque Avaddon Bitcoins COVID-19 Déchiffrement Ekans Entreprise de construction Etude EvilQuest GandCrab Hakbit Hôpital hyères informatique Mac MacOS Mairie maze Nefilim NetWalker Non classé Orange presse prix Ragnar Locker Ransomware revil Rugby Ryuk Sécurité Shade sodinokibi SolarWinds Spectre Sunburst Technologie ThiefQuest Uncategorized vidéo

Le coût des « piratages » professionnelles atteint un niveau record

Les grandes attaques des grandes entreprises et l’exposition de 50 à 65 millions d’enregistrements ont un prix élevé, jusqu’à 401 millions de dollars.

Selon une étude IBM, le coût moyen d’une attaque est de plus de 4 millions de dollars.

Le coût des piratages professionnelles atteint un niveau record

Le coût moyen d’une attaque a maintenant dépassé le barreau fatidique de 4 millions de dollars et a atteint un niveau record en vertu de la crise de la santé. Dans un rapport publié mercredi d’IBM, Big Blue estime que, en 2021, coûte une violation de données typique des entreprises de 4,24 millions USD. Le coût est de 10% supérieur à 2020.

En France, les secteurs les plus touchés sont des services financiers, du secteur pharmaceutique ainsi que de la technologie. Au niveau international, aux secteurs de la santé et des services financiers qui enregistrent les violations les plus chères.

Logiciels malveillants et hameçonnage

IBM estime qu’environ 60% des entreprises se sont tournées vers «Cloud» pour poursuivre leurs activités, bien que le renforcement du contrôle de la sécurité n’ait pas nécessairement suivi. Lorsque l’utilisation de travaux distants a explosé, elle était la même pour les infractions de données dont les quantités ont augmenté de 1 million de dollars – les taux les plus élevés de 4,96 millions de dollars contre 3, 89 millions de dollars.

Le vecteur d’attaque le plus courant des victimes de données d’un transfert de données est un compromis sur les informations d’identification, soit extraits des souches de données soumises, vendues ou obtenues par une attaque de force brute. Une fois que le réseau est infiltré, les informations personnelles identifiables (IPI) sont devenues des clients, notamment des noms et des adresses électroniques, volées dans près de la moitié des cas.

Services informatique Hyères

En 2021, il a fallu un total de 287 jours pour détecter et contenir une violation de données ou 7 jours de plus que l’année précédente. Au total, une organisation moyenne n’enregistrera pas d’entrer dans les 212 jours. Il ne sera donc pas capable de résoudre complètement le problème avant que 75 jours supplémentaires soient passés.

Les infractions de données dans le secteur de la santé ont été les plus chères, avec une moyenne de 9,23 millions de USD suivi des services financiers – 5,72 millions de dollars – et des médicaments, avec 5,04 millions de dollars.

Selon IBM, les entreprises qui utilisent des solutions de sécurité sont basées sur des algorithmes d’intelligence artificielle (AI), l’apprentissage automatique, l’analyse et le cryptage, ont tous diminué le coût potentiel d’une violation qui permet aux entreprises. Économisez en moyenne entre 0,1 25 et 1,49 million de dollars.

« L’augmentation des infractions de données sont une autre dépense supplémentaire pour les entreprises en fonction des changements technologiques rapides lors de la pandémie », a déclaré Chris McCurdy, vice-président de la sécurité IBM. « Bien que le coût des infractions de données ait atteint un niveau record au cours de la dernière année, le rapport a également démontré des signes positifs de l’impact des tactiques de sécurité modernes, telles que l’AI, l’automatisation et l’adoption d’une approche de confiance zéro – qui pourrait être payée en réduisant coûte ces incidents plus tard. «