Catégories
Association Cybercriminels Etude Europe Hive MacOS NetWalker presse prix Ragnar Locker Ransomware Sécurité Spectre Technologie Transport

En finir avec les Ransomware en interdisant le paiement de la rançon?

Des nouvelles récentes ont été riches en cyber-attaques « ransomware ». L’interdiction de payer les rançons peut-elle résoudre le problème?

En finir avec les Ransomware en interdisant le paiement de la rançon?

Les serveurs de votre entreprise refusent soudainement de travailler. Toutes les données (y compris vos sauvegardes) sont cryptées et que personne ne peut y accéder. C’est l’arrêt total de l’activité. Le diagnostic tombe rapidement: c’est un ransomware (ransomware). Les pirates vous appellent cryptos en échange d’un remède qui vous permet d’accéder à nouveau à vos données. De plus, les pirates menacent de commencer à révéler vos données si vous ne payez pas. SUITE

Catégories
Association Déchiffrement Etude Evil Corp presse Service informatique Spectre Technologie

Next INpact, attaqué en justice par Avisa Partners.

Arrêt sur Image, Mediapart, l’ADN ou encore Reflets sont également attaqués par cette société.

L’effet Streisand désigne un phénomène médiatique involontaire. Cela survient lorsque nous voulons empêcher la divulgation d’informations que nous aimerions cacher – qu’il s’agisse d’une simple rumeur ou d’un fait véridique – nous déclenchons le résultat opposé.

MAJ:

Le 28 juin, les journalistes de Next INpact ont annoncé un papier sur la société Avisa Partners, désigné par Fakir et MediaPart pour une désinformation massive. Elle aurait transmis des articles pour une désinformation sur des sites alternatifs spécialisés et des blogs de médias bien connus tels que MediaPart et Les Échos.

Avisa Partners est un groupe de conseil français spécialisé dans la redatation électronique, la cybersécurité, l’intelligence financière, l’enquête et les relations publiques. Son siège social est situé à Paris et la société est présente dans sept autres pays.

Il est publiquement accusé de désinformation de plusieurs études journalistiques, en 2015 dans l’affaire des tribunes fantômes créée à l’occasion de l’OPA du clubMed et en 2022 dans le cadre des fichiers Uber pour avoir manipulé de grandes informations à l’échelle sur de nombreux médias en ligne ainsi que sur Wikipedia.

Avisa Partners n’aime pas que la presse enquête sur ses activités de lobbying et ses méthodes.

LIEN1

LIEN2

LIEN3

LIEN4

LIEN5

LIEN6

LIEN7

LIEN8

LIEN9

Catégories
Assurance Attaque Cybercriminels Déchiffrement Etude Evil Corp EvilQuest GandCrab Hakbit Hive informatique LockBit Mac MacOS maze Mobile Nefilim NetWalker PayloadBin prix Ragnar Locker Ransomware revil Ryuk Sauvegarde Sauvegarde informatique Sécurité Service informatique Shade sodinokibi SolarWinds Spectre Sunburst Technologie ThiefQuest

Conseils pour vous protéger des ransomwares

Avez-vous reçu un message douteux qui contient des pièces jointes ? Avez-vous trouvé une clé USB par hasard ? Prenez soin de ransomware ou rançongiciels ! Vos données peuvent être chiffrées et c’est le drame! Voici des conseils pour réduire les risques.

Conseils pour vous protéger des ransomwares

Qu’est-ce qu’un ransomware ou rançongiciels?

De plus en plus, vous recevez des messages douteux contenant des pièces jointes ou des liens qui vous invitent à les ouvrir. Il faut se méfier ! Malvey -Software appelé « rançon » ou « ransomware » peut s’y cacher. Leur objectif ? Cryptez (COD) vos données pour vous faire une rançon. Bien sûr, cela ne garantit pas la récupération de vos données. Il est donc préférable de vous protéger de ce type d’attaque.

Comment vous protéger des ransomwares?

Comment vous protéger des ransomwares?

Bonne attitude N ° 1:
Faites des sauvegardes régulières de vos données (eCura.fr)

C’est la meilleure façon de couper l’herbe sous le pied des pirates qui veulent prendre vos données comme otages! Déplacez la sauvegarde physique de votre réseau (hors du réseau), placez-la dans un endroit sûr et assurez-vous qu’il fonctionne!

Bonne attitude N ° 2:
N’ouvrez pas les messages dont l’origine ou le formulaire est discutable

Ne soyez pas trompé par un simple logo! Pire encore, le pirate a peut-être récupéré certaines de vos données plus tôt (par exemple, les noms de vos clients) et créer des adresses électroniques E qui ressemblent à un détail proche de vos interlocuteurs habituels.

Alors gardez beaucoup de vigilant! Certains messages semblent complètement authentiques.

Apprenez à identifier les emails E (ou d’autres formes de récupération de vos données) sur le site à l’Agence nationale pour les systèmes d’information (ANSSI).

Avez-vous des doutes? Contactez directement un informaticien. Services informatique Hyères

Bonne attitude N ° 3:
Apprenez à identifier les extensions douteuses

Vous recevez généralement des fichiers .doc ou .mp4 (par exemple) et le fichier de message que vous êtes dans le doute se termine par un autre type d’extension ? Ne les ouvrez pas ! Voici quelques exemples d’extensions douteuses: .pif, .com, .bat; .Exe, .vbs, .lnk, … Prenez soin de l’ouverture des pièces jointes du type .scr ou .cab. Comme l’agence nationale pour les systèmes d’information (ANSSI) se souvient, ce sont des extensions de compression des campagnes CTB-Locker qui rage entre les individus, les PME ou la mairie.

Bonne attitude N° 4 :
mettez à jour vos principaux outils

On ne vous le dira jamais assez : traitement de texte, lecteur PDF, navigateur, mais aussi antivirus… Veillez à mettre à jour vos logiciels !

Si possible, désactivez les macros des solutions de bureautique qui permettent d’effectuer des tâches de manière automatisée. Cette règle évitera en effet la propagation des rançongiciels via les vulnérabilités des applications.

Considérez que, d’une manière générale, les systèmes d’exploitation en fin de vie, qui ne sont plus mis à jour, donnent aux attaquants un moyen d’accès plus facile à vos systèmes.

Bonne attitude N ° 5 : Utilisez un compte « utilisateur » plutôt qu’un compte « administrateur »

Évitez de naviguer à partir d’un compte administrateur. L’administrateur d’un ordinateur a un certain nombre de privilèges, comme effectuer certaines actions ou accéder à certains fichiers cachés sur votre ordinateur. Préférez l’utilisation d’un compte utilisateur. Cela ralentira, même, découragera le voleur dans ses actes malveillants.

Catégories
Aérien Android Apple Armée Association Attaque Avaddon Bitcoins COVID-19 Déchiffrement Ekans Entreprise de construction Etude EvilQuest GandCrab Hakbit Hôpital hyères informatique Mac MacOS Mairie maze Nefilim NetWalker Non classé Orange presse prix Ragnar Locker Ransomware revil Rugby Ryuk Sécurité Shade sodinokibi SolarWinds Spectre Sunburst Technologie ThiefQuest Uncategorized vidéo

Le coût des « piratages » professionnelles atteint un niveau record

Les grandes attaques des grandes entreprises et l’exposition de 50 à 65 millions d’enregistrements ont un prix élevé, jusqu’à 401 millions de dollars.

Selon une étude IBM, le coût moyen d’une attaque est de plus de 4 millions de dollars.

Le coût des piratages professionnelles atteint un niveau record

Le coût moyen d’une attaque a maintenant dépassé le barreau fatidique de 4 millions de dollars et a atteint un niveau record en vertu de la crise de la santé. Dans un rapport publié mercredi d’IBM, Big Blue estime que, en 2021, coûte une violation de données typique des entreprises de 4,24 millions USD. Le coût est de 10% supérieur à 2020.

En France, les secteurs les plus touchés sont des services financiers, du secteur pharmaceutique ainsi que de la technologie. Au niveau international, aux secteurs de la santé et des services financiers qui enregistrent les violations les plus chères.

Logiciels malveillants et hameçonnage

IBM estime qu’environ 60% des entreprises se sont tournées vers «Cloud» pour poursuivre leurs activités, bien que le renforcement du contrôle de la sécurité n’ait pas nécessairement suivi. Lorsque l’utilisation de travaux distants a explosé, elle était la même pour les infractions de données dont les quantités ont augmenté de 1 million de dollars – les taux les plus élevés de 4,96 millions de dollars contre 3, 89 millions de dollars.

Le vecteur d’attaque le plus courant des victimes de données d’un transfert de données est un compromis sur les informations d’identification, soit extraits des souches de données soumises, vendues ou obtenues par une attaque de force brute. Une fois que le réseau est infiltré, les informations personnelles identifiables (IPI) sont devenues des clients, notamment des noms et des adresses électroniques, volées dans près de la moitié des cas.

Services informatique Hyères

En 2021, il a fallu un total de 287 jours pour détecter et contenir une violation de données ou 7 jours de plus que l’année précédente. Au total, une organisation moyenne n’enregistrera pas d’entrer dans les 212 jours. Il ne sera donc pas capable de résoudre complètement le problème avant que 75 jours supplémentaires soient passés.

Les infractions de données dans le secteur de la santé ont été les plus chères, avec une moyenne de 9,23 millions de USD suivi des services financiers – 5,72 millions de dollars – et des médicaments, avec 5,04 millions de dollars.

Selon IBM, les entreprises qui utilisent des solutions de sécurité sont basées sur des algorithmes d’intelligence artificielle (AI), l’apprentissage automatique, l’analyse et le cryptage, ont tous diminué le coût potentiel d’une violation qui permet aux entreprises. Économisez en moyenne entre 0,1 25 et 1,49 million de dollars.

« L’augmentation des infractions de données sont une autre dépense supplémentaire pour les entreprises en fonction des changements technologiques rapides lors de la pandémie », a déclaré Chris McCurdy, vice-président de la sécurité IBM. « Bien que le coût des infractions de données ait atteint un niveau record au cours de la dernière année, le rapport a également démontré des signes positifs de l’impact des tactiques de sécurité modernes, telles que l’AI, l’automatisation et l’adoption d’une approche de confiance zéro – qui pourrait être payée en réduisant coûte ces incidents plus tard. « 

Catégories
Attaque Ekans Entreprise de construction EvilQuest GandCrab Hakbit informatique maze NetWalker Ragnar Locker Ransomware revil Rugby Ryuk Sécurité Service informatique Shade sodinokibi SolarWinds Spectre Sunburst Technologie ThiefQuest Uncategorized

Le président des États-Unis Joe Biden signe le décret sur la cybersécurité

Cette semaine, le président des États-Unis a ordonné la création d’un comité dédié aux cyberattaques ainsi que la création de nouvelles normes de sécurité logicielle pour les agences gouvernementales.

En matière de cybercriminalité, les États-Unis ont été confrontés à une cyberattaque massive menée par le groupe Darkside. En utilisant un ransomware, les pirates ont pu fermer l’opérateur pétrolier Colonial Pipeline, qui transporte généralement près de la moitié du carburant du pays. Une attaque qui a fait souffler un vent de panique chez les Américains. Les stations-service à travers le pays ont été prises d’assaut si loin qu’elles commencent une pénurie nationale.

Si la panique n’a pas duré longtemps car le problème a été rapidement résolu, ce nouvel incident démontre clairement la fragilité de l’Oncle Sam face aux cyberattaques. C’est dans ce contexte que le président américain Joe Biden a signé mercredi 12 mai 2021 un décret qui renforcerait la sécurité du pays contre les cyberattaques.

Pour renforcer la cybersécurité aux États-Unis, Joe Biden a annoncé la création d’un comité chargé d’examiner les cyberincidents. Plus précisément, l’organisation enquêtera sur les principaux hacks qui se sont produits dans le pays pour mieux comprendre les détails de l’affaire. Ce nouveau conseil est modelé par le National Transportation Safety Board, qui est chargé d’enquêter sur les accidents aériens, ferroviaires et maritimes, et peut aider à identifier les coupables potentiels en cas d’attaques supplémentaires. Pour rappel, ce n’est pas la première fois que le gouvernement américain est confronté à une cyberattaque. En décembre dernier, un groupe de pirates informatiques a ciblé le gouvernement avec le piratage massif de SolarWinds. Sans divulguer tous les détails de l’incident, Donald Trump affirmait à l’époque avoir des preuves de l’implication russe. Il y a quelques mois à peine, c’était la Chine qui, cette fois, était soupçonnée d’avoir ordonné une cyberattaque visant le géant Microsoft.

Outre la création d’un comité dédié, Joe Biden a également annoncé la création de nouvelles normes logicielles conçues pour sécuriser plus efficacement les agences gouvernementales américaines et empêcher de nouveaux piratages. Ces nouvelles normes comprendront l’utilisation de l’authentification multifactorielle, mais également le renforcement de la sécurité des échanges entre le gouvernement et les entreprises privées.

Catégories
Etude informatique Spectre Uncategorized

Spectre et une nouvelle vulnérabilité informatique

Une nouvelle vulnérabilité de sécurité de type Spectre menace la sécurité de nos ordinateurs. Il affecte les derniers processeurs AMD et Intel au cours de la dernière décennie. Une solution entraînerait une baisse drastique des performances du processeur.

La faille de sécurité réside dans l’utilisation du cache micro-up. Ce dernier détecte des instructions simples afin que le processeur puisse les traiter facilement et rapidement pendant le processus d’exécution, ce qui entraîne une augmentation des performances du processeur.

Cette nouvelle vulnérabilité Spectre affecte donc tous les processeurs qui utilisent un micro-up cache, c’est-à-dire Références Intel depuis 2011 et références AMD depuis 2017.

En 2018, nous avons appris que des vulnérabilités affectaient de nombreux modèles de processeurs équipant nos PC. Ces séries d’erreurs sont appelées Spectre et Meltdown. Lorsqu’ils sont exploités, ils peuvent permettre aux attaquants de voler des données sur un ordinateur et d’en prendre le contrôle. Une nouvelle variante de Spectre a été récemment identifiée.

Les nombreux correctifs de sécurité et correctifs mis en œuvre après les premières révélations de la vulnérabilité de Spectre sont inefficaces dans ce cas, car les premières vulnérabilités ont agi tard dans le processus d’exécution spéculative, tandis que ce dernier agissait davantage à la source.

Comme d’autres spécifications de Spectre, cette vulnérabilité exploite l’exécution spéculative, qui permet au processeur de préparer et d’exécuter des tâches qui n’ont pas encore été demandées, afin qu’elles puissent s’exécuter rapidement en cas de besoin.

La vulnérabilité permet de tromper le CPU et de lui faire exécuter des instructions pour ouvrir un passage aux hackers vers le système et ainsi accéder à des données confidentielles.

Cependant, les chercheurs estiment que cette faille de sécurité est compliquée à exploiter et que sa correction entraînera nécessairement une diminution marquée des performances du processeur. Intel et AMD pourraient donc choisir de ne pas couvrir cette vulnérabilité.