Catégories
Attaque hyères informatique Mac MacOS Mairie Orange Sécurité Service informatique

Evitez l’attaque qui efface les données d’un WD My Book Live

Ce fut une vilaine surprise pour certains utilisateurs de disques durs réseau Western Digital My Book Live dont le contenu a été automatiquement supprimé à distance dans le cadre d’une réinitialisation de leurs paramètres.

Le 23 juin, de nombreux utilisateurs de WD My Book Live ont eu une très mauvaise surprise lorsqu’ils ont découvert que toutes les données stockées sur leur disque dur réseau (NAS) avaient disparu. Et sans raison apparente, car ils n’avaient effectué aucune opération particulière. En quelques heures, les témoignages se sont multipliés en ligne et sur Twitter, prouvant qu’il ne s’agissait pas d’accidents isolés. Le forum de support de Western Digital, le fabricant de ces systèmes de stockage très populaires, s’est rapidement rempli de messages désespérés appelant à l’aide. « J’ai un WD My Book Live connecté à mon réseau local qui fonctionne bien depuis des années », écrit la personne qui a lancé le fil. « Je viens d’apprendre que toutes les données sont parties là-bas aujourd’hui : les catalogues semblent être là, mais ils sont vides. Auparavant, le volume de 2 To était presque plein : maintenant il est à pleine capacité. » Certains utilisateurs rapportent même que l’accès au NAS est désormais interdit, car l’appareil leur demande un nouveau mot de passe, qu’ils n’ont bien sûr pas. Bref, panique et catastrophe car les données supprimées sont perdues à jamais. Adieu documents, photos, vidéos et autres fichiers personnels collectés au fil des années sur ces appareils conçus uniquement pour effectuer des sauvegardes.

début Juillet WD a identifié l’erreur qui est considérée comme la source du piratage qui a entraîné la suppression de données à distance pour de nombreux utilisateurs de disques durs My Book Live. Ce bug a été introduit en 2011 par une mise à jour du firmware visant à améliorer le processus d’identification des utilisateurs. « Nous avons examiné les journaux que nous avons reçus des clients concernés pour comprendre et caractériser l’attaque. Ils montrent que les pirates sont directement connectés aux appareils My Book Live concernés à partir d’une variété d’adresses IP dans différents pays. » Explique l’entreprise.

Plus important encore, le fabricant annonce qu’une campagne gratuite de récupération de données débutera le mois prochain sans dire si toutes les personnes impliquées seront en mesure de retrouver toutes les données perdues. WD lancera également un programme de mise à niveau avantageux pour ces derniers et les encouragera à acquérir un NAS My Cloud à un prix préférentiel en échange de leur NAS My Book Live.

Pour plus d’informations, visitez la page d’assistance de Western Digital.

Catégories
Aérien Android Apple Association Attaque Bitcoins COVID-19 Ekans Entreprise de construction Etude EvilQuest GandCrab Hakbit Hôpital hyères informatique Mac MacOS Mairie maze Nefilim NetWalker Non classé Orange presse prix Ragnar Locker Ransomware revil Ryuk Sécurité Service informatique Shade sodinokibi SolarWinds Sunburst Technologie ThiefQuest Uncategorized vidéo

Comment la vulnérabilité informatique est-elle mesurée?

Le score CVSS est utilisé presque systématiquement pour évaluer le danger des vulnérabilités. Mais savez-vous quel calcul se cache derrière le score sur 10?

Il faut dire que la cybersécurité regorge de termes spécifiques et autres acronymes (et anglophones, d’ailleurs) pour qualifier les scénarios d’attaque. On parle de RCE, XSS, de « web shell » ou même d’élévation de privilèges. Les balles d’avertissement sont le plus souvent destinées aux spécialistes et n’utilisent que du jargon. Ils soulignent rarement les risques concrets qu’une nouvelle vulnérabilité pose au public.

SUITE… Avec Numerama.com

Catégories
Attaque Etude Hôpital hyères informatique Mac Mairie maze Orange presse prix Ragnar Locker Ransomware Ryuk Service informatique Technologie Uncategorized

Des auteurs de ransomwares arrêtés en Ukraine

La police ukrainienne a arrêté le 9 février plusieurs membres d’un groupe de cybercriminels à l’origine de plusieurs attaques informatiques dans le monde, dont le quotidien Ouest France, la police et des sources proches ont raconté l’affaire ce jeudi.

Cette « opération internationale », menée en coordination avec les policiers français et ukrainiens ainsi qu’avec le FBI, a mis un terme à la diffusion du ransomware appelé « Egregor », décrit la police dans un communiqué.

Piratage informatique

Au moins 150 entreprises ont été attaquées, principalement aux États-Unis et en Europe, avec des pertes estimées à environ 66 millions d’euros, selon les premiers éléments de l’étude publiée par les services de sécurité ukrainiens (SBU). Selon une source proche du dossier, au moins trois personnes ont été arrêtées dans cet acte. Les domiciles des suspects ont été perquisitionnés et le matériel informatique saisi est « toujours utilisé » par les enquêteurs français envoyés sur les lieux, selon la police.

Les solutions de sécurité informatique Hyères

C’est un rapport d’Europol en septembre qui a conduit le parquet de Paris à ouvrir une enquête en France, remise à la sous-direction cybercriminalité (SDLC). Le groupe a pratiqué la technique de la « double extorsion »: d’une part le cryptage et le vol des données de l’entreprise ciblée, d’autre part la menace de publier ces données compromises sur un site internet si l’entreprise refusait de payer une rançon en bitcoins, le la plus célèbre des monnaies virtuelles.

Le ransomware s’est propagé par pré-intrusion « via l’envoi d’e-mails de phishing et un accès à distance Windows mal sécurisé au bureau », a déclaré la police française. Particulièrement sophistiqué, « Egregor » pourrait prendre le contrôle des imprimantes connectées aux ordinateurs infectés et imprimer la rançon, « amplifiant encore l’impact psychologique de l’extorsion », a déclaré la même source.

Plusieurs entreprises françaises ont été visées par «Egregor», dont le quotidien Ouest France, le transporteur Gefco et le géant du jeu vidéo Ubisoft. Deux attaques de ransomware ont été ciblées ces derniers jours contre des hôpitaux de Villefranche-sur-Saône (Rhône) et de Dax (Landes), mais elles ne portent pas la signature «Egregor». Il a travaillé sur le modèle du logiciel à la demande (Raas, Ransomware as a Service): ses créateurs l’ont mis à disposition d’autres hackers, «affiliés», qui ont pris la responsabilité des attaques avant de partager les bénéfices.

Les détenus font partie « plutôt que de l’équipe de conception et de production », a déclaré Catherine Chambon, directrice adjointe de la lutte contre la cybercriminalité à la magistrature centrale. Si Catherine Chambon qualifie l’opération contre «Egregor» de «démantèlement assez efficace», elle exhorte à rester «très prudente et modeste» sur ce qui ressemble à «un brouillard».

L’origine du mal

Selon l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (Anssi), « Egregor serait lié à la fin de l’activité du groupe d’attaquants derrière le ransomware Maze », notamment à l’origine d’une attaque contre Bouygues Construction en janvier 2020. À son tour,  » Egregor « pourrait-il renaître sous une autre forme? « Il est possible que ce soit la vie d’un ransomware », a répondu Catherine Chambon. «L’idée est de mettre progressivement en sécurité les cybercriminels afin qu’ils se sentent moins impunis. Même si, une fois qu’il y a un crime, il a peu de chances de disparaître ».

Catégories
Attaque Mairie NetWalker Ransomware Sécurité Service informatique Technologie

à La Rochelle et Annecy on ne chante pas!

Entre Noël et le jour de l’an, la ville de La Rochelle et la ville d’Annecy ont été victimes de cyberattaques. Malgré la paralysie des services et l’affichage des preuves de piratage, les deux administrations ont choisi de ne pas payer de rançon pour accéder aux données.

C’est la nouvelle star des malwares, les «ransomwares». Les hackers n’endommagent ni ne volent plus de données, ce qui les motive maintenant, c’est de l’argent, et pour débloquer une cyberattaque, ils exigent une rançon, d’où le terme «ransomware» ou «ransomware». vécu plus d’une semaine.

Lundi, les hackers du groupe Netwalker ont revendiqué la responsabilité de l’attaque, et il ne sera pas surprenant d’apprendre qu’ils sont russes. Pour prouver qu’ils étaient en fait les auteurs de cette cyberattaque, ils ont téléchargé des visuels comme preuve des données «récupérées». Cité par France Bleu, celui choisi garantit qu’il ne s’agit que « d’une capture d’écran de fichiers qui ne signifie pas que les informations qu’il contient sont extraites et exploitées ».

Cependant, les hackers demandent une rançon et ils menacent de publier les données «récupérées» sur une trentaine de serveurs de la ville. Leur ultimatum est de 14 jours, et un compte à rebours est mis sur les serveurs lorsque les employés de la mairie tentent d’accéder aux données. «Nous ne savons pas exactement ce qu’ils ont pris et nous n’avons actuellement aucune preuve qu’ils détiennent des données importantes», précise le Parisien des techniciens chargés de rétablir l’accès aux différents services, comme le civil statut, DRH ou services généraux.

Ils menacent de publier les données «récupérées»

Du côté de la ville, nous avons porté plainte et une enquête judiciaire est en cours. Et si jamais les données étaient vraiment mises en ligne, la mairie assure qu’elle avertira ses citoyens, mais dans l’immédiat, l’objectif n’est pas de céder au chantage. Un accident qui touche aussi l’urbanité d’Annecy, et bien que les 1.200 fonctionnaires n’aient plus accès à leurs emails et que les services n’aient pas été rétablis, nous avons également choisi de ne pas céder au chantage, et nous sommes surtout étonnés que être la cible des pirates.

Ceci est d’autant plus dommageable en cette période de pandémie que les services ne sont proposés qu’en ligne, notamment pour les personnes âgées. À l’heure actuelle, cette attaque n’a pas été revendiquée, mais le modus operandi semble être identique. D’ailleurs, le groupe Netwalker avait déjà frappé en France plus tôt, et cet été il était soupçonné d’être à l’origine de la cyberattaque contre les compagnies d’assurance MMA.

Netwalker avait déjà frappé en France plus tôt

Plusieurs grandes entreprises françaises avaient subi des attaques de la part de ce groupe russophone, et l’un des points d’entrée était un PC sous Windows 7, qui n’avait pas été mis à jour. Qu’il s’agisse de logiciels ou de matériel, les pirates sont plus que souvent heureux d’exploiter des vulnérabilités non corrigées. Autre passerelle: le courrier électronique via le phishing et la période des fêtes est la raison idéale pour envoyer de fausses cartes de vœux qui cachent des logiciels malveillants.

Catégories
Android Apple Attaque Bitcoins COVID-19 Ekans Etude EvilQuest GandCrab Hakbit Hôpital hyères informatique Mac MacOS Mairie maze Nefilim NetWalker Non classé Orange prix Ragnar Locker Ransomware revil Ryuk Sécurité Service informatique Shade sodinokibi Technologie ThiefQuest vidéo

Ryuk LE ransomware 2020?

Anssi a publié un nouveau rapport, cette fois axé sur l’activité ransomware de Ryuk. Particulièrement impliqué dans l’attaque de Sopra Steria en France, ce logiciel malveillant se distingue de la concurrence et ne se contente pas de dupliquer les méthodes de ses concurrents.

Ryuk LE ransomware 2020?

Ryuk est un ransomware actif depuis 2018 et dont les opérateurs sont particulièrement actifs. C’est ce qui a valu le titre de «ransomware le plus rentable» selon le FBI en 2018 et généré plus de 61 millions de dollars de rançon entre février 2018 et octobre 2019.

Cependant, Ryuk n’aborde pas les méthodes qui ont fait le succès de groupes malveillants comme Maze ou Revil: pas de chantage pour le vol de données, pas de place pour montrer les victimes ou les communiqués de presse ici. Pourtant, ce ransomware, qui est actif depuis deux ans maintenant, reste une menace majeure, et Anssi a publié un rapport de statut.

Ryuk est un ransomware dont le but est de crypter les données de la victime pour exiger une rançon. Anssi indique que les cibles privilégiées des opérateurs de ce ransomware sont les grandes entreprises capables de payer les grosses rançons requises, principalement aux États-Unis et au Canada. L’agence note également que les opérateurs de Ryuk ne réservent pas d’autres groupes vis-à-vis des établissements de santé: « en octobre 2020, Ryuk serait responsable de 75% des attaques sur le secteur de la santé qu’il attaquerait depuis le premier semestre 2019 ». Des dizaines d’hôpitaux américains ont été victimes d’une campagne de Ryuk au début d’octobre visant les services dans les hôpitaux de l’UHS. Le FBI et le CISA américain ont également mis en garde contre le risque de nouvelles attaques basées sur Ryuk dans un nouveau communiqué d’information publié fin octobre.

Trickbot, Emotet et le bazar
Comme de nombreux ransomwares, Ryuk n’est que la dernière étape d’une chaîne d’infection multi-malware. Les auteurs du rapport indiquent que l’infection Trickbot, au moins jusqu’en septembre 2020, aurait été le point d’entrée privilégié des opérateurs Ryuk pour s’implanter dans les réseaux d’entreprise. Trickbot, avec Emotet et bien d’autres, est un malware de type chargeur qui se propage généralement via des campagnes de courrier électronique malveillantes pour infecter un appareil cible, puis se propager à travers le réseau interne d’une victime et se déplacer jusqu’à ce qu’il compromette un contrôleur de domaine. La dernière étape est la mise en œuvre du ransomware, le cryptage des machines et la demande de rançon. Et si ce type d’attaque prend généralement du temps, certains opérateurs Ryuk se démarquent par leur rapidité: Anssi indique ainsi que dans certains cas le temps de la première infection et du cryptage est réduit de quelques jours. (2 à 5) en trois heures ».

En 2020, cependant, les opérateurs de Ryuk semblent s’être progressivement tournés vers un nouveau chargeur, connu sous le nom de BazarLoader, actif depuis mars 2020. «Comme TrickBot, Bazar serait utilisé comme un accès en tant que service pour faire des compromis ou même qualifier un SI pour le compte d’autres groupes d’attaquants. On ne sait pas si BazarLoader, comme TrickBot, fonctionne également sur un modèle d’affiliation », précise l’agence, qui précise que le logiciel est principalement distribué par le groupe derrière Trickbot. D’autres chargeurs ont également été identifiés dans des attaques impliquant le malware Ryuk: Buer et Le logiciel Silent Night a également été utilisé dans l’attaque qui a implémenté Ryuk.

Raas ou pas Raas, c’est la question
L’un des points qui sépare Ryuk du reste de l’écosystème de la cybercriminalité des groupes de ransomware est la question du modèle commercial de Ryuk. Pour de nombreux ransomwares apparus ces derniers mois, le modèle économique utilisé est généralement celui de RaaS (Ransomware as a service): le groupe à l’origine des ransomwares commercialise ses logiciels sur des forums clandestins auprès d’autres groupes, qui s’assurent ensuite de les diffuser réseaux informatiques de leurs victimes.

Pour Anssi, Ryuk n’est « pas officiellement un RaaS »: l’agence déclare ainsi qu’elle n’a observé aucune promotion des opérateurs Ryuk sur les forums clandestins. Ryuk est néanmoins exploité par plusieurs acteurs malveillants, selon Anssi. S’il n’est pas vendu au public, il pourrait être mis à la disposition de partenaires de confiance par le créateur du code malveillant, ou il pourrait être exploité indépendamment par plusieurs groupes à l’aide d’outils et de formes de propagation communs. .

Il est donc difficile de savoir qui tire exactement les fils de Ryuk: le rapport de l’agence met en évidence le rôle central joué par deux acteurs malveillants, le groupe WizardSpider derrière Trickbot et le groupe identifié comme UNC1878. Selon FireEye, ce dernier groupe est responsable de 83% des attaques impliquant Ryuk. L’agence note également l’implication d’autres groupes tels que FIN6 dans la prolifération du ransomware Ryuk ainsi que du code et des méthodologies entre Ryuk et un autre ransomware connu sous le nom de Conti. Si Ryuk n’est pas «officiellement un RaaS», il n’en est pas moins un acteur profondément enraciné dans la sphère de la cybercriminalité et avec de nombreux liens avec des groupes tiers.

Catégories
Association Attaque Entreprise de construction Etude EvilQuest Hôpital hyères informatique Mairie Non classé Ransomware Sécurité Technologie

Le Cigref s’inquiète de la reprise des attaques par ransomware

Dans un communiqué de presse publié cette semaine, le Cigref met en garde contre la montée des cyberattaques et la menace que cette hausse fait peser sur l’économie française. Et ce alors que de plus en plus d’entreprises en France sont concernées par les attaques de ransomwares.

Le Cigref s’inquiète de la reprise des attaques par ransomware

Un risque informatique pour les entreprises Francaises:

Depuis le début de l’année scolaire, les assaillants n’ont pas désarmé et l’épidémie de rançon commence à se manifester. Le Cigref, organisation qui regroupe un réseau de grandes entreprises et administrations françaises sur le thème du numérique, indique avoir adressé une lettre au Premier ministre l’avertissant de «l’augmentation du nombre et de l’intensité des cyberattaques» et de l’impact de cette situation sur l’économie française.

« Les pertes d’exploitation des centaines d’entreprises, grandes et petites, qui ont subi une cyberattaque ne sont plus anecdotiques, comme le montre trop souvent l’actualité », a déclaré Cigref dans son communiqué de presse. L’organisation reconnaît les efforts déjà consentis par l’Etat à travers Anssi, mais note «l’insuffisance des réponses de la communauté internationale et des Etats face à la réalité d’une menace qui se déploie à l’échelle mondiale.» Le Cigref saisit également l’occasion pour pour pointer du doigt les fournisseurs de systèmes numériques dont les pratiques sont jugées inadéquates: le Cigref appelle à une régulation de ces acteurs pour améliorer la sécurité globale des entreprises utilisant ces outils.

Covid + ransomware = pas bon!

Le contexte est en effet délicat pour les entreprises déjà touchées par la crise sanitaire et les mesures d’endiguement mises en place par le gouvernement. Mais la période a également été marquée par une vague d’attaques de ransomwares qui a frappé les entreprises françaises. Nous avions publié des retours de Paris Habitat, mais de nombreuses autres victimes d’attaques de ransomwares ont été touchées ces dernières semaines.

On peut citer le quotidien Paris Normandie, la société de services informatiques Umanis, Scutum ou encore Siplec. Il y en a beaucoup d’autres dont les attaques ont été revendiquées par des groupes de cybercriminalité mais non confirmées par les victimes. Et on ne parle que des victimes qui ont été déclarées depuis début novembre, mais beaucoup passent sous le radar et ne communiquent pas et espèrent que les assaillants ne communiquent pas non plus (ce qui est loin d’être évident).

Outre les entreprises, de nombreuses administrations et collectivités locales sont également touchées: les chambres d’agriculture du Centre-Val de Loire et de la Nouvelle-Aquitaine ont ainsi porté le poids de ces attaques, ainsi que Vincennes ou la ville de Bondy, qui rapporte avoir été touchée deux fois de suite. une attaque informatique en dix jours. Une nouvelle typologie des victimes préoccupe particulièrement Anssi, qui publie désormais un guide de sécurité pour les communes et envisage de profiter du plan de relance pour lancer un plan de sécurisation des systèmes informatiques des collectivités locales.

La tendance à la hausse des cyberattaques est observée depuis plusieurs mois maintenant: leMagIt avait réalisé un premier recensement des cyberattaques en septembre, laissant supposer avoir identifié des dizaines de victimes en France et plus de 700 dans le monde. . Cigref n’est donc pas déplacé pour rien: la facture (ou rançon) de l’économie française peut s’avérer salée.

Catégories
Attaque Mairie Ransomware Sécurité Technologie

Les mairies de Vincennes et d’Alfortville attaqué par des ransomwares

Les systèmes informatiques des mairies de Vincennes et d’Alfortville ont été cryptés avec des ransomwares. Leurs services administratifs ont été durement touchés par ces incidents. Les Emails de la municipalité d’Alfortville ne fonctionnent toujours pas.

Les mairies de Vincennes et d’Alfortville attaqué par des ransomwares

Les mairies de Vincennes et d’Alfortville ont été victimes d’une cyberattaque, rapporte RTL. Les systèmes informatiques des deux communes du Val-de-Marne ont été touchés à quelques jours d’intervalle, sans qu’aucune connexion n’ait encore été établie entre les deux attentats.

UNE ATTENSION INUTILISÉE À L’INTENSITÉ
La première victime était la mairie de Vincennes, qui a déclaré avoir été agressée dans la nuit du 2 au 3 novembre. L’incident n’a pu être évité « malgré l’intensification des mesures de sécurité appliquées quotidiennement », la ville qui qualifie cette attaque sans précédent indique « de son intensité ».

Quant aux conséquences, la centrale téléphonique de la mairie a été indisponible pendant plus de 24 heures et certaines formalités administratives n’ont pu être accomplies. Ces derniers jours, la situation s’est éclaircie. « Les sauvegardes ont fonctionné. Nous avons encore beaucoup de données à récupérer sur certains logiciels, mais la plupart de nos services de télécommunications sont à nouveau opérationnels. Rien n’a été perdu dans l’affaire sauf du temps pour nous et nos citoyens », explique la municipalité, sollicitée par RTL.

Selon des enquêtes internes toujours en cours, il s’agirait d’une attaque «ransomware» visant à paralyser un système d’information en chiffrant tous les fichiers qu’il contient. En échange d’une rançon à payer en bitcoins, les hackers promettent de remettre une clé qui décryptera ces données.

ALFORTVILLE EST TOUJOURS AFFECTÉ
La mairie d’Alfortville a également été touchée par un ransomware plus tôt dans la semaine. Les services d’urbanisme et de soutien à la population sont les plus touchés, et les boîtes aux lettres ne fonctionnent plus, révèle Le Parisien. La municipalité a déclaré qu’elle ne paierait pas la rançon, comme recommandé par les instructions officielles, et prévoit de redémarrer son système informatique d’ici le milieu de la semaine prochaine.

«Nous sommes en train de tout remettre en ordre dans une entreprise spécialisée. Entre-temps, nous sommes tous revenus à la plume, mais avons pu continuer certaines de nos activités, comme notre cellule de crise ou des réunions via Zoom ou WhatsApp. les candidatures », a déclaré Luc Carvounas, le maire d’Alfortville.

LES ORGANISMES PUBLICS MAL PROTÉGÉ
Les organismes publics ne sont pas à l’abri des cyberattaques. On peut citer le conseil de branche d’Eure-et-Loir, l’Agence nationale de la formation professionnelle des adultes (Afpa), les services administratifs du Grand Est, le groupe hospitalier AP-HP … Preuve que le thème de la cybersécurité est encore très mal compris.

Cependant, l’Agence pour la sécurité des systèmes d’information (Anssi) met régulièrement en garde sur ce sujet et donne de précieux conseils. Elle réitère l’importance de sauvegarder régulièrement les données en dehors du système d’information, de surveiller les vulnérabilités des logiciels, de sensibiliser les employés par la formation … Elle ajoute qu’en cas d’incident, les organisations doivent isoler les équipements infectés, porter plainte et ne jamais payer la rançon.