Catégories
Aérien Android Apple Armée Association Attaque Avaddon Bitcoins COVID-19 Déchiffrement Ekans Entreprise de construction Etude EvilQuest GandCrab Hakbit Hôpital hyères informatique Mac MacOS Mairie maze Nefilim NetWalker Non classé Orange presse prix Ragnar Locker Ransomware revil Rugby Ryuk Sécurité Shade sodinokibi SolarWinds Spectre Sunburst Technologie ThiefQuest Uncategorized vidéo

Le coût des « piratages » professionnelles atteint un niveau record

Les grandes attaques des grandes entreprises et l’exposition de 50 à 65 millions d’enregistrements ont un prix élevé, jusqu’à 401 millions de dollars.

Selon une étude IBM, le coût moyen d’une attaque est de plus de 4 millions de dollars.

Le coût des piratages professionnelles atteint un niveau record

Le coût moyen d’une attaque a maintenant dépassé le barreau fatidique de 4 millions de dollars et a atteint un niveau record en vertu de la crise de la santé. Dans un rapport publié mercredi d’IBM, Big Blue estime que, en 2021, coûte une violation de données typique des entreprises de 4,24 millions USD. Le coût est de 10% supérieur à 2020.

En France, les secteurs les plus touchés sont des services financiers, du secteur pharmaceutique ainsi que de la technologie. Au niveau international, aux secteurs de la santé et des services financiers qui enregistrent les violations les plus chères.

Logiciels malveillants et hameçonnage

IBM estime qu’environ 60% des entreprises se sont tournées vers «Cloud» pour poursuivre leurs activités, bien que le renforcement du contrôle de la sécurité n’ait pas nécessairement suivi. Lorsque l’utilisation de travaux distants a explosé, elle était la même pour les infractions de données dont les quantités ont augmenté de 1 million de dollars – les taux les plus élevés de 4,96 millions de dollars contre 3, 89 millions de dollars.

Le vecteur d’attaque le plus courant des victimes de données d’un transfert de données est un compromis sur les informations d’identification, soit extraits des souches de données soumises, vendues ou obtenues par une attaque de force brute. Une fois que le réseau est infiltré, les informations personnelles identifiables (IPI) sont devenues des clients, notamment des noms et des adresses électroniques, volées dans près de la moitié des cas.

Services informatique Hyères

En 2021, il a fallu un total de 287 jours pour détecter et contenir une violation de données ou 7 jours de plus que l’année précédente. Au total, une organisation moyenne n’enregistrera pas d’entrer dans les 212 jours. Il ne sera donc pas capable de résoudre complètement le problème avant que 75 jours supplémentaires soient passés.

Les infractions de données dans le secteur de la santé ont été les plus chères, avec une moyenne de 9,23 millions de USD suivi des services financiers – 5,72 millions de dollars – et des médicaments, avec 5,04 millions de dollars.

Selon IBM, les entreprises qui utilisent des solutions de sécurité sont basées sur des algorithmes d’intelligence artificielle (AI), l’apprentissage automatique, l’analyse et le cryptage, ont tous diminué le coût potentiel d’une violation qui permet aux entreprises. Économisez en moyenne entre 0,1 25 et 1,49 million de dollars.

« L’augmentation des infractions de données sont une autre dépense supplémentaire pour les entreprises en fonction des changements technologiques rapides lors de la pandémie », a déclaré Chris McCurdy, vice-président de la sécurité IBM. « Bien que le coût des infractions de données ait atteint un niveau record au cours de la dernière année, le rapport a également démontré des signes positifs de l’impact des tactiques de sécurité modernes, telles que l’AI, l’automatisation et l’adoption d’une approche de confiance zéro – qui pourrait être payée en réduisant coûte ces incidents plus tard. « 

Catégories
Attaque Ekans Entreprise de construction EvilQuest GandCrab Hakbit informatique maze NetWalker Ragnar Locker Ransomware revil Rugby Ryuk Sécurité Service informatique Shade sodinokibi SolarWinds Spectre Sunburst Technologie ThiefQuest Uncategorized

Le président des États-Unis Joe Biden signe le décret sur la cybersécurité

Cette semaine, le président des États-Unis a ordonné la création d’un comité dédié aux cyberattaques ainsi que la création de nouvelles normes de sécurité logicielle pour les agences gouvernementales.

En matière de cybercriminalité, les États-Unis ont été confrontés à une cyberattaque massive menée par le groupe Darkside. En utilisant un ransomware, les pirates ont pu fermer l’opérateur pétrolier Colonial Pipeline, qui transporte généralement près de la moitié du carburant du pays. Une attaque qui a fait souffler un vent de panique chez les Américains. Les stations-service à travers le pays ont été prises d’assaut si loin qu’elles commencent une pénurie nationale.

Si la panique n’a pas duré longtemps car le problème a été rapidement résolu, ce nouvel incident démontre clairement la fragilité de l’Oncle Sam face aux cyberattaques. C’est dans ce contexte que le président américain Joe Biden a signé mercredi 12 mai 2021 un décret qui renforcerait la sécurité du pays contre les cyberattaques.

Pour renforcer la cybersécurité aux États-Unis, Joe Biden a annoncé la création d’un comité chargé d’examiner les cyberincidents. Plus précisément, l’organisation enquêtera sur les principaux hacks qui se sont produits dans le pays pour mieux comprendre les détails de l’affaire. Ce nouveau conseil est modelé par le National Transportation Safety Board, qui est chargé d’enquêter sur les accidents aériens, ferroviaires et maritimes, et peut aider à identifier les coupables potentiels en cas d’attaques supplémentaires. Pour rappel, ce n’est pas la première fois que le gouvernement américain est confronté à une cyberattaque. En décembre dernier, un groupe de pirates informatiques a ciblé le gouvernement avec le piratage massif de SolarWinds. Sans divulguer tous les détails de l’incident, Donald Trump affirmait à l’époque avoir des preuves de l’implication russe. Il y a quelques mois à peine, c’était la Chine qui, cette fois, était soupçonnée d’avoir ordonné une cyberattaque visant le géant Microsoft.

Outre la création d’un comité dédié, Joe Biden a également annoncé la création de nouvelles normes logicielles conçues pour sécuriser plus efficacement les agences gouvernementales américaines et empêcher de nouveaux piratages. Ces nouvelles normes comprendront l’utilisation de l’authentification multifactorielle, mais également le renforcement de la sécurité des échanges entre le gouvernement et les entreprises privées.

Catégories
Aérien Android Apple Association Attaque Bitcoins COVID-19 Ekans Entreprise de construction Etude EvilQuest GandCrab Hakbit Hôpital hyères informatique Mac MacOS Mairie maze Nefilim NetWalker Non classé Orange presse prix Ragnar Locker Ransomware revil Ryuk Sécurité Service informatique Shade sodinokibi SolarWinds Sunburst Technologie ThiefQuest Uncategorized vidéo

Comment la vulnérabilité informatique est-elle mesurée?

Le score CVSS est utilisé presque systématiquement pour évaluer le danger des vulnérabilités. Mais savez-vous quel calcul se cache derrière le score sur 10?

Il faut dire que la cybersécurité regorge de termes spécifiques et autres acronymes (et anglophones, d’ailleurs) pour qualifier les scénarios d’attaque. On parle de RCE, XSS, de « web shell » ou même d’élévation de privilèges. Les balles d’avertissement sont le plus souvent destinées aux spécialistes et n’utilisent que du jargon. Ils soulignent rarement les risques concrets qu’une nouvelle vulnérabilité pose au public.

SUITE… Avec Numerama.com

Catégories
Attaque informatique presse prix Ransomware Sécurité Service informatique SolarWinds Sunburst Technologie

Les pirates de SolarWinds ont infiltré les systèmes en septembre 2019

CrowdStrike a découvert un autre malware impliqué dans l’attaque de SolarWinds, appelé Sunspot. Il a permis au code Sunburst d’être inséré dans le code source d’Orion, le logiciel SolarWinds compromis par des pirates.

SolarWinds compromis par des pirates.

Un par un, les mystères restants du piratage d’entreprise de SolarWind ont été résolus. CrowdStrike, l’une des sociétés chargées d’enquêter sur l’incident, a publié le 11 janvier un rapport sur des logiciels malveillants jusque-là inconnus impliqués dans la cyberattaque. Ce malware appelé « Sunspot » serait le premier maillon de l’attaque avant le désormais célèbre « Sunburst ».

Il aurait été introduit sur le serveur d’une entreprise dès septembre 2019. Plus précisément, Sunspot a infecté le moteur de production de SolarWind, le système responsable de l’assemblage des logiciels du groupe. Son objectif: espionner l’usine du logiciel Orion, le logiciel de gestion de réseau de l’entreprise.

Comme le note ZDNet, après une phase d’observation, Sunspot a inséré le code nécessaire pour créer le cheval de Troie Sunburst dans le code source d’Orion. Résultat: entre mars et juin 2020, si un client SolarWinds a installé la mise à jour logicielle, Sunburst s’est installé via le même canal. Ce dernier a ouvert une porte aux serveurs des victimes – plus de 18 000 organisations – dans laquelle les hackers pouvaient pénétrer.

Ils ont ensuite dû déposer manuellement un troisième logiciel malveillant, encore plus puissant, appelé « Teardrop », sur des systèmes proches des organisations qu’ils avaient en vue. Ils ont continué à espionner 250 organisations, dont de nombreux départements et agences du gouvernement américain: armée, renseignement, énergie… Ce sont des domaines critiques compromis par des hackers, « probablement » russes selon les autorités américaines.

L’attaque sur SolarWinds a donc duré de septembre 2019 à juin 2020 et n’a été découverte qu’en décembre 2020. C’est un constat d’échec pour l’entreprise victime, qui a désormais confié l’amélioration. de sa sécurité aux grands noms du secteur.

De leur côté, les enquêteurs ont presque atteint le bout de la chaîne des attaques. Il ne leur reste plus qu’à comprendre comment les pirates ont réussi à implémenter Sunspot sur le moteur de production SolarWinds. Les hypothèses sont répandues, mais cet élément reste un mystère pour le moment. Ensuite, ils devront décider qui a organisé l’attaque: les Russes, mais qui exactement? Certains médias, dont le Washington Post, évoquent APT29, surnommé Cozy Bear, un groupe de hackers d’élite affiliés à l’une des agences de renseignement russes.