Catégories
Aérien Android Apple Armée Association Attaque Avaddon Bitcoins COVID-19 Déchiffrement Ekans Entreprise de construction Etude EvilQuest GandCrab Hakbit Hôpital hyères informatique Mac MacOS Mairie maze Nefilim NetWalker Non classé Orange presse prix Ragnar Locker Ransomware revil Rugby Ryuk Sécurité Shade sodinokibi SolarWinds Spectre Sunburst Technologie ThiefQuest Uncategorized vidéo

Le coût des « piratages » professionnelles atteint un niveau record

Les grandes attaques des grandes entreprises et l’exposition de 50 à 65 millions d’enregistrements ont un prix élevé, jusqu’à 401 millions de dollars.

Selon une étude IBM, le coût moyen d’une attaque est de plus de 4 millions de dollars.

Le coût des piratages professionnelles atteint un niveau record

Le coût moyen d’une attaque a maintenant dépassé le barreau fatidique de 4 millions de dollars et a atteint un niveau record en vertu de la crise de la santé. Dans un rapport publié mercredi d’IBM, Big Blue estime que, en 2021, coûte une violation de données typique des entreprises de 4,24 millions USD. Le coût est de 10% supérieur à 2020.

En France, les secteurs les plus touchés sont des services financiers, du secteur pharmaceutique ainsi que de la technologie. Au niveau international, aux secteurs de la santé et des services financiers qui enregistrent les violations les plus chères.

Logiciels malveillants et hameçonnage

IBM estime qu’environ 60% des entreprises se sont tournées vers «Cloud» pour poursuivre leurs activités, bien que le renforcement du contrôle de la sécurité n’ait pas nécessairement suivi. Lorsque l’utilisation de travaux distants a explosé, elle était la même pour les infractions de données dont les quantités ont augmenté de 1 million de dollars – les taux les plus élevés de 4,96 millions de dollars contre 3, 89 millions de dollars.

Le vecteur d’attaque le plus courant des victimes de données d’un transfert de données est un compromis sur les informations d’identification, soit extraits des souches de données soumises, vendues ou obtenues par une attaque de force brute. Une fois que le réseau est infiltré, les informations personnelles identifiables (IPI) sont devenues des clients, notamment des noms et des adresses électroniques, volées dans près de la moitié des cas.

Services informatique Hyères

En 2021, il a fallu un total de 287 jours pour détecter et contenir une violation de données ou 7 jours de plus que l’année précédente. Au total, une organisation moyenne n’enregistrera pas d’entrer dans les 212 jours. Il ne sera donc pas capable de résoudre complètement le problème avant que 75 jours supplémentaires soient passés.

Les infractions de données dans le secteur de la santé ont été les plus chères, avec une moyenne de 9,23 millions de USD suivi des services financiers – 5,72 millions de dollars – et des médicaments, avec 5,04 millions de dollars.

Selon IBM, les entreprises qui utilisent des solutions de sécurité sont basées sur des algorithmes d’intelligence artificielle (AI), l’apprentissage automatique, l’analyse et le cryptage, ont tous diminué le coût potentiel d’une violation qui permet aux entreprises. Économisez en moyenne entre 0,1 25 et 1,49 million de dollars.

« L’augmentation des infractions de données sont une autre dépense supplémentaire pour les entreprises en fonction des changements technologiques rapides lors de la pandémie », a déclaré Chris McCurdy, vice-président de la sécurité IBM. « Bien que le coût des infractions de données ait atteint un niveau record au cours de la dernière année, le rapport a également démontré des signes positifs de l’impact des tactiques de sécurité modernes, telles que l’AI, l’automatisation et l’adoption d’une approche de confiance zéro – qui pourrait être payée en réduisant coûte ces incidents plus tard. « 

Catégories
Aérien Android Apple Association Attaque Bitcoins COVID-19 Ekans Entreprise de construction Etude EvilQuest GandCrab Hakbit Hôpital hyères informatique Mac MacOS Mairie maze Nefilim NetWalker Non classé Orange presse prix Ragnar Locker Ransomware revil Ryuk Sécurité Service informatique Shade sodinokibi SolarWinds Sunburst Technologie ThiefQuest Uncategorized vidéo

Comment la vulnérabilité informatique est-elle mesurée?

Le score CVSS est utilisé presque systématiquement pour évaluer le danger des vulnérabilités. Mais savez-vous quel calcul se cache derrière le score sur 10?

Il faut dire que la cybersécurité regorge de termes spécifiques et autres acronymes (et anglophones, d’ailleurs) pour qualifier les scénarios d’attaque. On parle de RCE, XSS, de « web shell » ou même d’élévation de privilèges. Les balles d’avertissement sont le plus souvent destinées aux spécialistes et n’utilisent que du jargon. Ils soulignent rarement les risques concrets qu’une nouvelle vulnérabilité pose au public.

SUITE… Avec Numerama.com

Catégories
Attaque informatique Non classé Sécurité Service informatique vidéo

Les cyberattaques de novembre dernier ont frappé 390 000 personnes chez Capcom

En novembre 2020, Capcom a subi une attaque majeure sur ses serveurs. Et si l’on en croit les dernières informations sur ce sujet, des dizaines de milliers de personnes ont été touchées.

Jeux vidéo

Lors de cette cyberattaque, dont l’éditeur japonais a été victime, de nombreuses données personnelles ont été volées à la fois aux employés et aux utilisateurs. Les noms et adresses de ces derniers se rapportent. De plus, des informations confidentielles sur divers jeux comme Resident Evil Village et Monster Hunter Rise sont apparues sur Internet après l’incident.

Malheureusement, cet accident a eu plus de conséquences que prévu. Aujourd’hui, Capcom affirme qu’environ 390 000 personnes ont été directement touchées par la cyberattaque. C’est 40 000 de plus par rapport au communiqué de presse précédent. Les pirates ont également volé des documents financiers appartenant à l’entreprise.

134 000 joueurs touchés

En détail, Capcom mentionne le fait que les informations personnelles de 3 248 partenaires commerciaux, 3 994 employés et 9 164 anciens employés ont été volées de cette manière. En termes de joueurs, 134 000 fichiers ont été volés au service client japonais, 14 000 sur la boutique en ligne nord-américaine et 4 000 sur le site d’esports.

Catégories
Android Apple Attaque Bitcoins COVID-19 Ekans Etude EvilQuest GandCrab Hakbit Hôpital hyères informatique Mac MacOS Mairie maze Nefilim NetWalker Non classé Orange prix Ragnar Locker Ransomware revil Ryuk Sécurité Service informatique Shade sodinokibi Technologie ThiefQuest vidéo

Ryuk LE ransomware 2020?

Anssi a publié un nouveau rapport, cette fois axé sur l’activité ransomware de Ryuk. Particulièrement impliqué dans l’attaque de Sopra Steria en France, ce logiciel malveillant se distingue de la concurrence et ne se contente pas de dupliquer les méthodes de ses concurrents.

Ryuk LE ransomware 2020?

Ryuk est un ransomware actif depuis 2018 et dont les opérateurs sont particulièrement actifs. C’est ce qui a valu le titre de «ransomware le plus rentable» selon le FBI en 2018 et généré plus de 61 millions de dollars de rançon entre février 2018 et octobre 2019.

Cependant, Ryuk n’aborde pas les méthodes qui ont fait le succès de groupes malveillants comme Maze ou Revil: pas de chantage pour le vol de données, pas de place pour montrer les victimes ou les communiqués de presse ici. Pourtant, ce ransomware, qui est actif depuis deux ans maintenant, reste une menace majeure, et Anssi a publié un rapport de statut.

Ryuk est un ransomware dont le but est de crypter les données de la victime pour exiger une rançon. Anssi indique que les cibles privilégiées des opérateurs de ce ransomware sont les grandes entreprises capables de payer les grosses rançons requises, principalement aux États-Unis et au Canada. L’agence note également que les opérateurs de Ryuk ne réservent pas d’autres groupes vis-à-vis des établissements de santé: « en octobre 2020, Ryuk serait responsable de 75% des attaques sur le secteur de la santé qu’il attaquerait depuis le premier semestre 2019 ». Des dizaines d’hôpitaux américains ont été victimes d’une campagne de Ryuk au début d’octobre visant les services dans les hôpitaux de l’UHS. Le FBI et le CISA américain ont également mis en garde contre le risque de nouvelles attaques basées sur Ryuk dans un nouveau communiqué d’information publié fin octobre.

Trickbot, Emotet et le bazar
Comme de nombreux ransomwares, Ryuk n’est que la dernière étape d’une chaîne d’infection multi-malware. Les auteurs du rapport indiquent que l’infection Trickbot, au moins jusqu’en septembre 2020, aurait été le point d’entrée privilégié des opérateurs Ryuk pour s’implanter dans les réseaux d’entreprise. Trickbot, avec Emotet et bien d’autres, est un malware de type chargeur qui se propage généralement via des campagnes de courrier électronique malveillantes pour infecter un appareil cible, puis se propager à travers le réseau interne d’une victime et se déplacer jusqu’à ce qu’il compromette un contrôleur de domaine. La dernière étape est la mise en œuvre du ransomware, le cryptage des machines et la demande de rançon. Et si ce type d’attaque prend généralement du temps, certains opérateurs Ryuk se démarquent par leur rapidité: Anssi indique ainsi que dans certains cas le temps de la première infection et du cryptage est réduit de quelques jours. (2 à 5) en trois heures ».

En 2020, cependant, les opérateurs de Ryuk semblent s’être progressivement tournés vers un nouveau chargeur, connu sous le nom de BazarLoader, actif depuis mars 2020. «Comme TrickBot, Bazar serait utilisé comme un accès en tant que service pour faire des compromis ou même qualifier un SI pour le compte d’autres groupes d’attaquants. On ne sait pas si BazarLoader, comme TrickBot, fonctionne également sur un modèle d’affiliation », précise l’agence, qui précise que le logiciel est principalement distribué par le groupe derrière Trickbot. D’autres chargeurs ont également été identifiés dans des attaques impliquant le malware Ryuk: Buer et Le logiciel Silent Night a également été utilisé dans l’attaque qui a implémenté Ryuk.

Raas ou pas Raas, c’est la question
L’un des points qui sépare Ryuk du reste de l’écosystème de la cybercriminalité des groupes de ransomware est la question du modèle commercial de Ryuk. Pour de nombreux ransomwares apparus ces derniers mois, le modèle économique utilisé est généralement celui de RaaS (Ransomware as a service): le groupe à l’origine des ransomwares commercialise ses logiciels sur des forums clandestins auprès d’autres groupes, qui s’assurent ensuite de les diffuser réseaux informatiques de leurs victimes.

Pour Anssi, Ryuk n’est « pas officiellement un RaaS »: l’agence déclare ainsi qu’elle n’a observé aucune promotion des opérateurs Ryuk sur les forums clandestins. Ryuk est néanmoins exploité par plusieurs acteurs malveillants, selon Anssi. S’il n’est pas vendu au public, il pourrait être mis à la disposition de partenaires de confiance par le créateur du code malveillant, ou il pourrait être exploité indépendamment par plusieurs groupes à l’aide d’outils et de formes de propagation communs. .

Il est donc difficile de savoir qui tire exactement les fils de Ryuk: le rapport de l’agence met en évidence le rôle central joué par deux acteurs malveillants, le groupe WizardSpider derrière Trickbot et le groupe identifié comme UNC1878. Selon FireEye, ce dernier groupe est responsable de 83% des attaques impliquant Ryuk. L’agence note également l’implication d’autres groupes tels que FIN6 dans la prolifération du ransomware Ryuk ainsi que du code et des méthodologies entre Ryuk et un autre ransomware connu sous le nom de Conti. Si Ryuk n’est pas «officiellement un RaaS», il n’en est pas moins un acteur profondément enraciné dans la sphère de la cybercriminalité et avec de nombreux liens avec des groupes tiers.

Catégories
Apple informatique Mac MacOS Ragnar Locker Ransomware Sécurité Technologie vidéo

Capcom confirme le ransomware et le vol des données

La cyberattaque contre Capcom était en fait une cyberattaque par ransomware combinée à un vol des données. Les données de centaines de milliers de personnes sont compromises.

Plus tôt ce mois-ci, l’éditeur de jeux vidéo japonais Capcom – surtout connu pour ses franchises Street Fighter et Resident Evil – a déclaré avoir été victime d’une cyberattaque avec un piratage de son système d’information.

Les communications de Capcom étaient censées être assez rassurantes, tandis que des rapports commençaient simultanément à circuler sur une cyberattaque de ransomware (Ragnar Locker) et un filtrage de données à partir de réseaux au Japon, aux États-Unis et au Canada.

Plus tôt cette semaine, Capcom a fait une nouvelle communication. L’éditeur confirme avoir été victime d’une cyberattaque par ransomware et ajoute que des données personnelles ont été compromises.

Capcom a pu vérifier que les informations personnelles de neuf employés (anciens et actuels) étaient compromises, ainsi que les informations financières et les rapports de vente. Dans une section de données potentiellement compromise, Capcom classe les cas pour près de 350 000 personnes.

Dans ce cas, il s’agit de clients, de partenaires commerciaux, d’actionnaires ou même d’anciens salariés. Essentiellement au Japon et en Amérique du Nord, ce sont principalement des noms, des adresses électroniques et postales, des numéros de téléphone, des dates de naissance et même des photos.

Toujours dans le registre des données potentiellement compromises, Capcom ajoute que près de 14 000 personnes sont associées aux ressources humaines ainsi qu’à tout un ensemble de documents internes confidentiels.

Une combinaison de ransomware et de vol des données
Rappelons que Capcom avait initialement précisé qu’il n’y avait actuellement aucune indication d’un compromis sur les données clients. Le discours a considérablement changé. En revanche, Capcom – qui s’excuse – évite le risque de compromis avec les données bancaires ou de paiement. Tout simplement parce que Capcom ne stocke pas ces informations en interne.

Capcom travaille avec les forces de l’ordre au Japon et aux États-Unis. Les attaquants derrière le ransomware Ragnar Locker avaient en fait adressé une demande de rançon à Capcom pour le retour de données volées et la fourniture d’un outil de décryptage.

L’enquête sur l’incident de sécurité et les données exfiltrées a été entravée par le cryptage des données sur les serveurs et la suppression des journaux d’accès lors de la cyberattaque. Capcom a visiblement décidé de ne pas céder au chantage des attaquants. Ce n’est pas toujours le cas. En retour, les données exfiltrées sont mises en ligne.

Catégories
Android Apple Association Bitcoins COVID-19 Ekans hyères informatique Mac MacOS Ragnar Locker Ransomware revil Sécurité sodinokibi Technologie vidéo

Mattel a été victime cet été d’un ransomware

Le fabricant de jouets a été victime d’une attaque de ransomware l’été dernier. L’attaque a été rapidement interrompue et n’a eu aucun impact significatif sur l’entreprise.

Mattel a contenu l’attaque d’un ransomware

Le fabricant de jouets américain Mattel a révélé mercredi qu’il avait subi une attaque de ransomware qui paralysait certaines fonctions commerciales. Néanmoins, la société affirme s’être remise de l’attaque sans pertes financières importantes.

Mattel a contenu l’attaque
L’incident a eu lieu le 28 juillet, selon un formulaire trimestriel 10-Q, que la société a déposé plus tôt dans la journée auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis.

Mattel a déclaré que l’attaque par ransomware avait initialement réussi et chiffré certains de ses systèmes.

«Après la découverte de l’attaque, Mattel a commencé à mettre en œuvre ses protocoles de réponse et à prendre une série d’actions pour arrêter l’attaque et restaurer les systèmes affectés. Mattel a contenu l’attaque et, bien que certaines fonctions commerciales aient été temporairement affectées, Mattel a rétabli les opérations », explique la société.

Aucun impact sérieux
Depuis plus d’un an, les gangs de ransomwares volent des données et se lancent dans un double stratagème d’extorsion qui menace de publier les données de l’entreprise piratée sur des sites Web publics appelés «sites de fuite» à moins que les victimes ne paient la rançon souhaitée.

Cependant, le fabricant de jouets explique qu’une enquête ultérieure a conclu que le gang de ransomwares derrière le cambriolage de juillet n’avait volé « aucune donnée commerciale sensible ou des données sur les clients, fournisseurs, consommateurs ou employés ». .

Dans l’ensemble, Mattel semble avoir échappé à l’incident avec seulement un bref temps d’arrêt et sans aucune blessure grave, ce qui est rarement suffisant pour être stressé. De nombreux exemples montrent des pertes financières de plusieurs dizaines de milliers de millions de dollars, comme c’est le cas avec Cognizant ou Norsk Hydro. Mattel souligne que l’attaque du ransomware a légèrement « eu aucun impact significatif sur ses opérations ou sa situation financière. »

Catégories
Association informatique vidéo

Une cyberattaque généralisée sur plusieurs communautés, dont la Métropole d’Orléans

Un virus informatique, Emotet, a été actif dans un grand nombre de grandes entreprises et institutions françaises entre août et fin septembre. La Métropole d’Orléans, mais aussi la ville et au moins 14 des 18 académies de l’éducation nationale ont été ciblées.

Mag IT, un site spécialisé dans la cybersécurité, a révélé le 7 octobre que la Métropole d’Orléans ainsi que plusieurs grandes entreprises avaient été touchées en septembre par l’activité d’un virus cheval de Troie appelé Emotet. Comme Mag IT et France 3 l’ont découvert par la suite, l’attaque a également touché la commune d’Orléans et plusieurs académies, dont Orléans-Tours, mais aussi Nantes, Rennes, Amiens, Nancy-Metz, Strasbourg, Lyon, Grenoble, Montpellier, Toulouse, Aix-Marseille, Versailles. , Paris et Créteil. Inscrit à France 3, Metropolis a pu confirmer qu’un message d’alerte avait été envoyé fin septembre et que l’incident «avait été maîtrisé en 24 heures par la direction informatique». LIEN

Catégories
informatique Ransomware Technologie vidéo

Un virus informatique paralyse le site de la STM (Nos cousins du Canada)

Le site Internet de la Société de transport de Montréal (STM) est indisponible depuis lundi après-midi (19/10/2020) en raison de virus informatiques.

Un virus informatique paralyse le site de la STM

En fin de compte, la STM a expliqué qu’elle était la cible d’un piratage sous forme de ransomware qui paralysait une partie de son système informatique, « malgré les différentes défenses mises en place pour contrer ce type d’attaque ». ».

Ce type de malware est utilisé pour bloquer l’accès à un système informatique. Les pirates informatiques exigent généralement une rançon pour rendre le contrôle du système à son propriétaire.

La STM a précisé que l’attaque informatique n’a eu aucun impact sur le réseau de bus et de métro. Elle affecte plutôt le site Web et les lignes téléphoniques de la STM, à l’exception de celle dédiée au transport adapté.

«Le réseau de bus et de métro fonctionne normalement. Cependant, le service de transport adapté n’honorera les déplacements que pour des raisons médicales et n’effectuera aucune réservation ou modification de déplacements », a indiqué le transporteur public dans un communiqué mardi matin.

Au lieu de cela, le voyage reprendra pour des raisons médicales et professionnelles à partir du 21 octobre.

Selon les premières analyses du transporteur, les données des clients et des employés n’ont pas été exposées.

La STM encourage les utilisateurs à utiliser des applications mobiles dans une telle situation. «Les équipes de la STM ainsi que les experts du terrain travaillent d’arrache-pied pour rétablir la situation au plus vite», a promis la société.

La STM a également mis en ligne un site Internet spécial pour informer ses clients de l’évolution de la situation: lastm.info

Malgré les circonstances, le service à la clientèle de la STM ne semble pas recevoir un plus grand nombre d’appels que d’habitude. Cela a été clarifié par un employé qui a été contacté via 24 heures à la fin de la journée mardi.

La STM a déclaré avoir mis en garde les «autorités compétentes» après ce piratage, mais souhaite néanmoins fournir des précisions sur la nature de ces autorités. « Nous ne fournirons pas plus de détails à ce sujet pour le moment compte tenu des circonstances », a simplement déclaré l’organisation.

LIEN 1

LIEN 2

LIEN 3

Catégories
Android Apple Association Bitcoins COVID-19 Entreprise de construction Etude EvilQuest GandCrab Hakbit Hôpital hyères NetWalker Non classé Orange prix Ragnar Locker Ransomware Ryuk Sécurité sodinokibi Technologie ThiefQuest vidéo

Ransomware: Septembre 2020 sans précédent

La rentrée scolaire a été marquée par un nombre sans précédent de cyberattaques connues impliquant des ransomwares. Le fruit de la connexion entre plusieurs facteurs. Et ceux-ci ne suggèrent aucun règlement réel.

Ransomware: Septembre 2020 sans précédent

En septembre, nous avons enregistré près de 270 attaques de ransomwares dans le monde, une explosion par rapport aux mois précédents, alors que juin et août ont déjà été marqués par une activité intense des cybercriminels. Mais attention aux trompe-l’œil.

En France, nous avons dénombré 10 cas confirmés, auxquels s’ajoute un cas suspect, mais non confirmé à ce moment, vers le 8 août et à peu près le même en juillet. Les attaques confirmées sont répertoriées sur la chronologie que nous mettons à jour régulièrement. Sur Intrinsec, Cyrille Barthélemy rapporte 13 cas «en crise» en septembre contre 10 en août.

Et de préciser que sa capacité d’intervention n’était évidemment pas la même en plein été qu’en début d’année scolaire. Chez I-Tracing, Laurent Besset a noté 9 interventions sur le mois dernier contre 4 en dessous de la précédente. Chez Advens, Benjamin Leroux fait 3 interventions majeures et moins de 5 interventions plus petites. Mais toujours 150 détections de menaces qui pourraient conduire à une détonation de ransomware, principalement Emotet.

Début septembre, l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (Anssi) a rapporté avoir traité 104 attaques de ransomwares depuis le début de l’année contre 54 sur l’ensemble de 2019. Et bien sûr, cela ne prend pas en compte les cas hors de son champ d’application.

Concernant la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr, le directeur général de GIP Acyma, Jérôme Notin, a encore signalé 1.082 signalements de ransomwares début septembre depuis le lancement de la plateforme le 4 février, avec 44% d’entreprises ou d’associations et 10 % d’administrations ou de communautés. En septembre, Jérôme Notin a enregistré 131 demandes d’assistance, contre 104 en août et 122 en juillet.

En France, à ce stade, il semble difficile de parler d’une explosion. Mais si la tendance à la hausse semble moins prononcée que pour le reste du monde, la menace semble sans doute rester à un niveau élevé.

Il y a au moins deux explications possibles de la situation, qui suggèrent que la menace ne diminuera probablement pas dans un proche avenir. Nous les développons ci-dessous le long de la chronologie.

LIEN

Catégories
Android Apple Association Attaque Bitcoins COVID-19 Ekans Entreprise de construction Etude EvilQuest GandCrab Hakbit Hôpital hyères informatique Mac MacOS maze Nefilim NetWalker Non classé Orange prix Ragnar Locker Ransomware revil Sécurité Shade sodinokibi Technologie ThiefQuest vidéo

L’été meurtrier 2 (toujours pas le film), un ransomware.

La rentrée scolaire a été marquée par un nombre sans précédent de cyberattaques connues impliquant des ransomwares. Le fruit de la connexion entre plusieurs facteurs. Et ceux-ci ne suggèrent aucun règlement réel.

L’été meurtrier 2 (toujours pas le film), un ransomware.

En septembre, nous avons enregistré près de 270 attaques de ransomwares dans le monde, une explosion par rapport aux mois précédents, alors que juin et août étaient déjà marqués par une activité intense des cybercriminels. Mais attention aux trompe-l’œil.
En France, nous avons dénombré 10 cas confirmés, auxquels s’ajoute un cas suspect, mais non confirmé à ce moment, vers le 8 août et à peu près le même en juillet. Les attaques confirmées sont répertoriées sur la chronologie que nous mettons à jour régulièrement. Sur Intrinsec, Cyrille Barthélemy rapporte 13 cas «en crise» en septembre contre 10 en août.

Et de préciser que sa capacité d’intervention n’était évidemment pas la même en plein été qu’en début d’année scolaire. Chez I-Tracing, Laurent Besset a noté 9 interventions sur le mois dernier contre 4 en dessous de la précédente. Chez Advens, Benjamin Leroux fait 3 interventions majeures et moins de 5 interventions plus petites. Mais toujours 150 détections de menaces qui pourraient conduire à une détonation de ransomware, principalement Emotet.

Début septembre, l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (Anssi) a rapporté avoir traité 104 attaques de ransomwares depuis le début de l’année contre 54 sur l’ensemble de 2019. Et bien sûr, cela ne prend pas en compte les cas hors de son champ d’application.

Concernant la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr, Jérôme Notin, PDG de GIP Acyma, a encore signalé début septembre 1.082 signalements de ransomwares à ce jour depuis le lancement de la plateforme le 4 février, avec 44% d’entreprises ou d’associations et 10 % d’administrations ou de communautés. En septembre, Jérôme Notin a enregistré 131 demandes d’assistance, contre 104 en août et 122 en juillet.

En France, à ce stade, il semble difficile de parler d’une explosion. Mais si la tendance à la hausse semble moins prononcée que pour le reste du monde, la menace semble sans doute rester à un niveau élevé.

Il y a au moins deux explications possibles de la situation, qui suggèrent que la menace ne diminuera probablement pas dans un proche avenir. Nous les développons ci-dessous le long de la chronologie.