Catégories
Attaque Bitcoins Cybercriminels Déchiffrement Evil Corp Hôpital PayloadBin Ransomware Sécurité Service informatique

Une nouvelle menace de ransomware? PayloadBin

PayLoardbin (comme Evil Corp) est mis en œuvre par e-mail. Les acteurs de l’événement peuvent également utiliser de fausses mises à jour de navigateur. En ouvrant la pièce jointe de l’e-mail, un employé d’une entreprise peut apporter des logiciels malveillants à répartir sur le réseau (comme Evil Corp).

PayLoardbin (comme Evil Corp)

Pour verrouiller des fichiers, PayLoardBin (comme Evil Corp) génère une clé unique pour chaque fichier. Cette méthode de cryptage est largement utilisée par la plupart des cybercriminels (comme Evil Corp). Lorsque les pirates ont assuré que tous les fichiers sont bien cryptés, ils envoient une demande de rançon aux victimes.

Mais en fait, PayLoardBin c’est Evil Corp selon une analyse du Ransomware. Evil Corp est l’un des acteur des plus prospérants du monde. Ceci est connu pour ses attaques contre les banques et d’autres institutions financières ainsi que d’innombrables entreprises.

LIEN1

LIEN2

Catégories
Attaque Banque Bitcoins Cybercriminels Déchiffrement informatique Sécurité Service informatique

Un piratage pour 100 millions de dollars de Crypto-monnaies

La compagnie Horizon Ethereum a été piraté le jeudi 24 juin. Environ 100 millions de dollars en crypto-monnaies ont été volés. Harmony aurait vu un mouvement suspect.

Nouvelle bataille dans le monde des crypto-monnaies. Alors que le marché donnait déjà des sueurs froides aux investisseurs en raison de la chute des prix, les cas de piratage ajoutent de l’anxiété au stress. Le vendredi 24 juin 2022, Harmony a révélé avoir été victime d’un piratage au cours duquel 100 millions de dollars ont été volés.

Harmony est une société de blockchain qui s’efforce de faciliter la création et l’utilisation d’applications décentralisées. Elle propose notamment des ponts, c’est-à-dire des protocoles qui permettent l’interopérabilité entre les blockchains. La société se concentre particulièrement sur le réseau Ethereum, bien qu’elle supporte Binance et trois autres chaînes. C’est sur le Horizon Bridge qui a permis les échanges entre la blockchain Ethereum et la Binance Smart Chain que les attaquants ont commis leurs atrocités. Les hackers auraient ainsi récupéré de l’ether, du tether et de l’USD Coin puis seraient passés à l’ether sur des plateformes d’échange décentralisées.
Si le montant semble spectaculaire, il ne s’agit cependant pas du plus gros vol qui s’est produit dans l’univers des crypto-monnaies. On rappelle qu’en mars dernier, plus de 615 millions de dollars avaient été volés par des hackers nord-coréens sur le réseau Ronin. Cette « side chain », qui forme aussi un « pont », est utilisée par exemple par le jeu Axie Infinity, l’un des gros titres de l’industrie du pay-to-earn.

Et il n’y a pas que les hacks qui inquiètent. Récemment, nous avons appris dans un rapport de la Federal Trade Commission (FTC) que depuis le 1er janvier 2021, plus de 46 000 personnes ont perdu plus d’un milliard de dollars en crypto-fraude. Et ce n’est qu’aux États-Unis.

Catégories
Attaque Bitcoins COVID-19 Cybercriminels Déchiffrement Hôpital informatique LockBit presse Ransomware Sauvegarde Sauvegarde informatique Sécurité Service informatique Technologie Uncategorized

3 cliniques spécialisées dans les soins ostéopathiques touchés par le Ransomware Lockbit 2.0

Bien que les vols et autres par logiciels malveillants sur les magasins d’applications continuent de croître, les logiciels traditionnels restent l’un des secteurs les plus lucratifs de la criminalité numérique.

3 cliniques spécialisées dans les soins ostéopathiques touchés par le Ransomware Lockbit 2.0

L’un des spécialistes de cette région, Lockbit 2.0, annonce avoir fait de nouvelles victimes françaises, avec des milliers de fichiers volés.

Trois cliniques couvertes par le Ransomware
Lockbit 2.0 Computer Hacker Group Repeat. Spécialisé dans le chantage numérique, cette bande organisée croit désormais en plus de 500 victimes, certainement plus que payé la rançon ou négociable souhaitée. Il sauve partout quand Thales pouvait voir en janvier dernier et s’attaquer à plusieurs sociétés françaises. Dans ses environs, des cliniques et un département.

Comme le rapporte Zataz, Lockbit 2.0 transmet des centaines de fichiers volés sur leurs nouvelles victimes. Parmi eux, trois cliniques spécialisées dans les soins ostéopathiques, sur 26 halls de consultation. Les pirates auraient mis la main sur 200 fichiers et dossiers dont le contenu, pour le moment, sera envoyé le 13 avril. Le département d’Ardèche fait également partie de la partie, mais assure qu’aucune donnée personnelle n’a été compromise. « L’étude que nous avons terminée, donc à ce jour, aucune fuite de données », a déclaré un représentant. Mais Lockbit prévoit d’émettre plus de 40 000 fichiers le 12 avril.

Catégories
Armée Attaque Bitcoins Cybercriminels Déchiffrement informatique LockBit prix Ransomware Sécurité Service informatique Uncategorized

Le ministère de la Justice visé par un ransomware, les pirates « proposent » de publier des données

Le ministère de la Justice est ciblé par un ransomware

Le ministère français de la Justice victime d’un ransomware. C’est ce que propose le youtubeur « Defend Intelligence » sur Twitter. Selon ses sources, des données ont été compromises et les pirates menacent de les publier le 10 février 2022 si la rançon requise n’est pas payée par les autorités.

Lockbit 2.0 Groupe de rançongiciel, connu pour avoir attaqué Thales, en veillant à ce qu’elle ait réussi à hérir le ministère de la Justice. Le compte à rebours dans le soutien menace de publier des documents car ils auraient non plus sûr lors de l’attaque dans un délai de deux semaines.

Un gros compte à rebours rouge, ils menacent de publier des document

Sur son site, le groupe de cybercriminels prétend avoir attaqué des organisations italiennes et danoises ou espagnoles. Lors de la dernière mise à jour de ses victimes présumées, en plus du site Web du ministère de la Justice, il a indiqué que la municipalité de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) serait également concernée. Contacté par Libération, Eric Berdoats, maire, confirmer: « Nous étions le sujet du vendredi dernier tôt le matin d’un cyberrataker qui a paralysé tous nos systèmes. » Une plainte a été soumise au procureur de Paris.

le ministère de la Justice ciblé par Le groupe de rançongiciel Lockbit

Le responsable choisi ne veut pas indiquer si une demande de rançon a été reçue. Cependant, il est appelé aucune couverture de données pour le moment. « Petit à petit, nous reviendrons dans l’activité, nous réussirons ici à la fin de la semaine pour restaurer tout », continue-t-il. La mairie doit encore racheter des serveurs et « réinvestir dans une nouvelle infrastructure ». Un prix qui dépasserait les cent mille euros. Pour rappel, en décembre, plusieurs maisons de ville de Seine-Saint-Denis ciblent également une attaque de Rankong.
Selon Kaspersky Cyberscurity Company, Ransomware Lockbit « est un logiciel malveillant conçu pour bloquer l’accès aux utilisateurs avec des systèmes informatiques et soulever le blocage en échange d’une rançon ». C’est une attaque privilégiée sur les entreprises cibles ou d’autres organisations. Premièrement appelé « Virus.ABCD », le programme Lockbit sera utilisé dans des attaques identifiées depuis septembre 2019. «Les États-Unis, la Chine, l’Inde, l’Indonésie et l’Ukraine sont déjà ciblés dans le passé de ces types d’attaques», ajoute la société. De même pour plusieurs pays européens.

Catégories
Armée Association Attaque Bitcoins Cybercriminels Déchiffrement Etude Europe Hôpital hyères informatique Mairie Non classé presse prix Ransomware Sécurité Service informatique Technologie Uncategorized

Les intermittent de la cybercriminalité

Les chercheurs de la sécurité ont mis en évidence des personnes qui constituent une partie importante de l’écosystème de cybercrimination

Les intermittent de la cybercriminalité

Programmes de phishing, campagnes de logiciels malveillantes et autres opérations utilisent un nombre total de travailleurs ombragers. Pour leur offrir de meilleures opportunités de travail légitimes pourraient aider à réduire le crime?

Une collaboration de recherche avec l’Université technique tchèque à Prague et GoSecure et SecureWorks entreprises de sécurité Cyber a analysé les activités des personnes en marge de la cybercriminalité, les projets sous – jacents tels que la création de sites Web, finissent par être utilisés pour des attaques de phishing, les affiliés Systèmes pour diriger le trafic sur les sites Web compromis ou contrefaits ou écrire sur le code trouvé dans les logiciels malveillants.

Les gens sur l’origine de ces projets font parce qu’il est un moyen facile de gagner de l’argent. Mais faire ce travail, ils jettent les bases de campagnes malveillantes pour les cyber-criminels.

Un regard sur le web
L’étude, Mass Effect: Comment Opporitistic travailleurs conduisent dans la cybercriminalité et présenté au Black Hat États-Unis, trouve ses origines dans une analyse de l’Université technique tchèque qui a révélé des roues geost, un botnet et une campagne de logiciels malveillants Android comme des centaines infectés de milliers d’utilisateurs. Ce travail a permis aux chercheurs d’examiner les journaux pour certaines des personnes impliquées.

Ils ont pu trouver des traces de personnes dans ces journaux sur des forums en ligne et d’autres plates-formes de discussion et avoir une idée de leurs motivations.

«Nous avons commencé à comprendre que même s’ils étaient impliqués dans la diffusion de programmes malveillants, ils n’étaient pas nécessairement cerveaux, mais plutôt des travailleurs informels, ceux qui travaillent sur de petits projets», a déclaré Masarah Forfait-Clouston, chercheur de sécurité à Gosécur.

Bien que ces personnes sont au bas de la hiérarchie, ils exécutent des tâches utiles pour les cyber-criminels à des sites d’utilisation et d’outils, ils créent des activités malveillantes, y compris le phishing et les logiciels malveillants communication.

« Ils essaient de gagner leur vie et peut – être le salaire du crime mieux, donc ils vont là – bas, » a déclaré Sebastian Garcia, professeur adjoint à l’Université technique tchèque, affirmant que nous devons accorder plus d’ attention aux personnes qui oscillent entre la cybercriminalité et l’ activité juridique.

« Il y a beaucoup de gens dans ces forums publics que les sociétés de sécurité ne se rapportent pas, mais ce sont ceux qui soutiennent la majorité du travail, la création de pages web pour les e – mails de phishing, l’ APK, le cryptage, les logiciels malveillants, mulet, » dit – il.

L’arbre qui dissimule la forêt
« Si nous nous concentrons toujours sur des cerveaux » délinquants motivés « qui ont vraiment développé le Botnemetten et les moyens de gagner de l’argent avec tout cela, nous oublions les travailleurs », avertit M. Paquet-Clouston. « En tant que société, nous oublions souvent que beaucoup de gens sont impliqués et que ce n’est pas nécessairement des personnes très motivées, mais plutôt ceux qui finissent par faire l’activité », a-t-elle déclaré.

Mais cela ne signifie pas nécessairement que les personnes impliquées dans ces systèmes doivent être traitées comme des cybercriminels de vol élevé, en particulier lorsque certains ne savent même pas que leurs compétences sont utilisées pour la cybercriminalité.

En fait, il serait possible de donner à bon nombre de ces personnes la possibilité d’utiliser leurs avantages de compétences plutôt que de les utiliser pour l’aider à la criminalité.

Catégories
Aérien Android Apple Armée Association Attaque Avaddon Bitcoins COVID-19 Déchiffrement Ekans Entreprise de construction Etude EvilQuest GandCrab Hakbit Hôpital hyères informatique Mac MacOS Mairie maze Nefilim NetWalker Non classé Orange presse prix Ragnar Locker Ransomware revil Rugby Ryuk Sécurité Shade sodinokibi SolarWinds Spectre Sunburst Technologie ThiefQuest Uncategorized vidéo

Le coût des « piratages » professionnelles atteint un niveau record

Les grandes attaques des grandes entreprises et l’exposition de 50 à 65 millions d’enregistrements ont un prix élevé, jusqu’à 401 millions de dollars.

Selon une étude IBM, le coût moyen d’une attaque est de plus de 4 millions de dollars.

Le coût des piratages professionnelles atteint un niveau record

Le coût moyen d’une attaque a maintenant dépassé le barreau fatidique de 4 millions de dollars et a atteint un niveau record en vertu de la crise de la santé. Dans un rapport publié mercredi d’IBM, Big Blue estime que, en 2021, coûte une violation de données typique des entreprises de 4,24 millions USD. Le coût est de 10% supérieur à 2020.

En France, les secteurs les plus touchés sont des services financiers, du secteur pharmaceutique ainsi que de la technologie. Au niveau international, aux secteurs de la santé et des services financiers qui enregistrent les violations les plus chères.

Logiciels malveillants et hameçonnage

IBM estime qu’environ 60% des entreprises se sont tournées vers «Cloud» pour poursuivre leurs activités, bien que le renforcement du contrôle de la sécurité n’ait pas nécessairement suivi. Lorsque l’utilisation de travaux distants a explosé, elle était la même pour les infractions de données dont les quantités ont augmenté de 1 million de dollars – les taux les plus élevés de 4,96 millions de dollars contre 3, 89 millions de dollars.

Le vecteur d’attaque le plus courant des victimes de données d’un transfert de données est un compromis sur les informations d’identification, soit extraits des souches de données soumises, vendues ou obtenues par une attaque de force brute. Une fois que le réseau est infiltré, les informations personnelles identifiables (IPI) sont devenues des clients, notamment des noms et des adresses électroniques, volées dans près de la moitié des cas.

Services informatique Hyères

En 2021, il a fallu un total de 287 jours pour détecter et contenir une violation de données ou 7 jours de plus que l’année précédente. Au total, une organisation moyenne n’enregistrera pas d’entrer dans les 212 jours. Il ne sera donc pas capable de résoudre complètement le problème avant que 75 jours supplémentaires soient passés.

Les infractions de données dans le secteur de la santé ont été les plus chères, avec une moyenne de 9,23 millions de USD suivi des services financiers – 5,72 millions de dollars – et des médicaments, avec 5,04 millions de dollars.

Selon IBM, les entreprises qui utilisent des solutions de sécurité sont basées sur des algorithmes d’intelligence artificielle (AI), l’apprentissage automatique, l’analyse et le cryptage, ont tous diminué le coût potentiel d’une violation qui permet aux entreprises. Économisez en moyenne entre 0,1 25 et 1,49 million de dollars.

« L’augmentation des infractions de données sont une autre dépense supplémentaire pour les entreprises en fonction des changements technologiques rapides lors de la pandémie », a déclaré Chris McCurdy, vice-président de la sécurité IBM. « Bien que le coût des infractions de données ait atteint un niveau record au cours de la dernière année, le rapport a également démontré des signes positifs de l’impact des tactiques de sécurité modernes, telles que l’AI, l’automatisation et l’adoption d’une approche de confiance zéro – qui pourrait être payée en réduisant coûte ces incidents plus tard. « 

Catégories
Attaque Bitcoins Conti Déchiffrement informatique Ransomware Service informatique

Des cybercriminels attaques des Ransomwares.

Un membre du groupe de Ransomware Conti, visiblement insatisfait des négociations de groupe, a publié plusieurs documents en ligne décrivant les méthodes et les outils recommandés pour cibler les entreprises.

Des cybercriminels attaques des Ransomwares.

Si la fuite ne révèle pas de nouveau fondamental, il permet de mettre en évidence le fonctionnement de ces groupes « Ransomware en tant que service » composé d’un petit nombre d’opérateurs sur le chef de programme qui prend en charge les négociations et la récupération de la rançon et de nombreux « Affecté », responsable de la compromission sur le système informatique de la victime ou de la mise en œuvre des étapes initiales de la détonation du Groupe fourni par le groupe. Les rancingions sont ensuite réparties entre les différents membres du groupe conformément au rôle de chacun suivant: Selon le Soft Computer réserve les opérateurs du groupe Normalement 20 à 30% de la rançon et renvoie le reste de la somme à trouver dans le compromis , le système informatique de la victime.

Dans ce cas, les membres insatisfaits prétendent avoir reçu «seulement» 1500 dollars à la suite d’une rançon, qu’il lui a dit, a motivé sa décision de diffuser les documents. Une source anonyme citée par Soft Computer Progresser une autre théorie: cybercriminal à l’origine du couvercle des données aurait été interdit par les Conti opérateurs après avoir pris la promotion d’un concurrent ransomware.

Dans cette archive, 37 documents texte donnant des indications sur l’utilisation de plusieurs outils utilisés par les membres de la groupe Conti: Cobalt Strike, un outil de test de pénétration souvent utilisé par les cybercriminels, la métasploite et et les tutoriels pour expliquer l’utilisation de l’utilisation de Les erreurs, telles que le zérologon ou les méthodes de facilitation des mouvements latéraux dans les systèmes informatiques infectés.

Catégories
Attaque Bitcoins Déchiffrement Etude informatique presse Ransomware revil Sécurité Service informatique Technologie

Kaseya prétend avoir payé aucune rançon

L’éditeur logiciel Kaseya a refusé d’avoir payé une rançon pour un déchiffrement universel après plusieurs jours avec des questions sur la manière dont l’outil est atteint.

Le 21 juillet, la Société a annoncé qu’un outil de déchiffrement universel a été réalisé grâce à une «tierce partie» et a travaillé avec Emsisoft Security Company pour aider les victimes de l’attaque de Ransomware REvil.

Kaseya prétend avoir payé aucune rançon

Lundi, Kaseya a publié une déclaration qui refuse des rumeurs qu’elle aurait payé une rançon sur REvil, le groupe Ransomware, a lancé l’attaque. REvil a demandé à l’origine une rançon de 70 millions de dollars, mais l’aurait réduit de 50 millions de dollars avant que tous ses sites Web ne disparaissent le 13 juillet.

Theresa Payton, ancien directeur des informations de la Maison-Blanche et expert en cybersécurité, a déclaré que les accords non-informations après les attaques sont plus fréquents que vous ne pourriez penser, mais a noté que « demander un accord sur les non-renseignements aux victimes n’est pas une pratique quotidienne pour chaque incident ».

« Lorsqu’un incident affecte davantage de victimes, le conseiller juridique demande à signer un accord sur les non-renseignements pour que la solution du problème ne soit pas publiée », a déclaré Payton.

Payton a ajouté que les causes de la demande de contrat de non-publication ne sont pas toujours mauvaises et invitées à consulter leurs avocats avant de signer quelque chose.

La société et la manière dont l’outil de décryptage universel a été atteint? Selon la presse, la société a chargé un accord de non-publication aux entreprises souhaitant profiter de cet outil.

« Nous certifions clairement que Kaseya n’a pas payé la rançon, que ce soit directement ou indirectement à travers un tiers, pour obtenir du déchiffrement », déclare la déclaration de Kaseya.

« Bien que chaque entreprise devait prendre sa propre décision sur le paiement de RanSom, Kaseya a décidé après avoir consulté des experts, de ne pas négocier avec les criminels qui ont commis cette attaque et que nous n’arrêtions pas de cet engagement. »

Selon la Déclaration, l’équipe d’intervention des incidents d’Emsisoft et de Kaseya a travaillé tous les week-ends pour fournir un déchiffrement avec certaines des 1 500 victimes touchées par l’attaque, y compris une grande chaîne de supermarchés en Suède, de l’Université Virginia Tech et des ordinateurs gouvernementaux locaux à Leonardtown, dans le Maryland.

La société a déclaré qu’elle avait appelé à toutes les victimes de manifester et d’ajouter que l’outil « s’est avéré 100% pour déchiffrer les fichiers complètement cryptés lors de l’attaque ».

Si la nouvelle d’un décendrier universel a été accueillie par des centaines de victimes touchées, certains soulignent qu’il existait un accord de non-information que Kaseya audacieuse les entreprises à signer l’échange d’outils.

CNN a confirmé que Kaseya a exigé un accord de non-information (NDA) d’accéder au déchiffrement. Dana Liedholm, porte-parole de Kaseya et plusieurs sociétés de cyber-sécurité impliquées, ont déclaré à ZDN et qu’ils ne pouvaient pas commenter cet accord.

LIEN

Catégories
Attaque Avaddon Bitcoins prix Ransomware Sécurité Service informatique

Le groupe de ransomware Avaddon ferme son magasin et livre des clés

Le groupe de ransomware Avaddon, l’un des groupes de ransomware les plus productifs en 2021, a annoncé qu’il cessait ses activités et fournissait à des milliers de victimes un outil de décryptage gratuit.

Le groupe de ransomware Avaddon ferme son magasin et livre des clés

Lawrence Abrams de BleepingComputer affirme avoir reçu un e-mail anonyme contenant un mot de passe et un lien vers un fichier ZIP nommé « Decryption Keys Ransomware Avaddon ».

Le fichier contenait les clés de décryptage de 2 934 victimes du ransomware Avaddon. Ce chiffre étonnant illustre le fait que de nombreuses organisations ne révèlent jamais d’attaques : certains articles n’attribuaient auparavant que 88 attaques au groupe Avaddon.*

Le Bleeping Computer quotidien en ligne a collaboré avec Emisoft pour créer un dispositif de décryptage gratuit que toute victime d’Avaddon peut utiliser pour retrouver l’accès à ses données.

Fabian Wosar ajoute que les personnes derrière Avaddon ont probablement gagné assez d’argent sur les ransomwares pour qu’elles n’aient aucune raison de continuer. Les revendeurs de rançons ont remarqué quelque chose d’urgent dans leurs négociations avec les opérateurs d’Avaddon ces dernières semaines, a-t-il déclaré. Le groupe a donné après « instantanément au cours des deux derniers jours de modestes contre-offres ». « Cela suggère donc qu’il s’agissait d’un arrêt et d’une fermeture des opérations planifiés et que cela n’a pas surpris les personnes impliquées », explique-t-il.

Les données de RecordedFuture montrent qu’Avaddon est responsable de près de 24% de tous les incidents de ransomware depuis l’attaque du Colonial Pipeline en mai. Le rapport sur les ransomwares d’eSentire indique qu’Avaddon a été vu pour la première fois en février 2019 et fonctionne sur un modèle de ransomware en tant que service, où les développeurs de logiciels donnent aux filiales un pourcentage négociable de 65% de toutes les rançons.

« Les membres du groupe Avaddon devraient également offrir à leurs victimes une assistance et des ressources 24h/24 et 7j/7 pour acheter des bitcoins, tester les fichiers pour le décryptage et d’autres défis qui peuvent empêcher les victimes de payer la rançon », indique le rapport. Ce qui est intéressant à propos de ce groupe de ransomwares, c’est la conception de leur site de blog Dark Web. Non seulement ils prétendent fournir une archive complète des documents de leurs victimes, mais ils disposent également d’un compte à rebours indiquant le temps qu’il reste à chaque victime pour payer. Et pour mettre encore plus de pression sur leurs victimes, ils menacent de lancer des DDoS sur leur site web s’ils n’acceptent pas de payer immédiatement. « 

Lawrence Abrams a travaillé avec Fabian Wosar, CTO d’Emsisoft, et Michael Gillespie de Coveware pour vérifier les fichiers et les clés de déchiffrement. Emsisoft a créé un outil gratuit que les victimes d’Avaddon peuvent utiliser pour décrypter leurs fichiers.

Les groupes de ransomware – comme ceux derrière Crysis, AES-NI, Shade, FilesLocker, Ziggy – ont parfois publié des clés de déchiffrement et ont cessé leurs activités pour diverses raisons. Un outil de décryptage Avaddon gratuit a été publié par un étudiant en Espagne en février, mais le groupe a rapidement mis à jour son logiciel malveillant pour le rendre à nouveau infaillible.

« Cette situation n’est pas nouvelle et n’est pas sans précédent. « Plusieurs acteurs malveillants ont publié la base de données de clés ou les clés principales lorsqu’ils ont décidé de mettre fin à leurs opérations », a déclaré Fabian Wosar à ZDNet. « En fin de compte, la base de données clé que nous avons reçue suggère qu’ils ont eu au moins 2 934 victimes. Étant donné que la rançon moyenne d’Avaddon est d’environ 600 000 $ et que les taux de paiement moyens pour les ransomwares, vous pouvez probablement obtenir une estimation décente de ce qu’Avaddon a généré. « 

Catégories
Armée Attaque Bitcoins informatique Ransomware Sécurité Service informatique

Pour les États-Unis, ransomwares et terrorisme c’est kif-kif

Les États-Unis veulent mettre en place une task force centrale basée à Washington qui regroupera tous les cas de ransomware. Une méthode déjà mise en place pour travailler sur les affaires de terrorisme.

Dans ce contexte chargé, les États-Unis ont indiqué qu’ils entendaient revoir leur approche de la cybercriminalité. Selon un responsable américain interrogé par Reuters, les États-Unis souhaitent mettre en place un groupe de travail centralisé basé à Washington pour coordonner les efforts des gouvernements locaux en cas de ransomware.

Les États-Unis cherchent ainsi à acquérir une vision plus large du phénomène et de l’implication des différents acteurs de l’écosystème de la cybercriminalité en obligeant les procureurs et enquêteurs à centraliser les informations découvertes lors de leur enquête dans une cellule. Cette unité aura pour objectif de collecter et de recouper des informations techniques et des détails sur les cas impliquant des ransomwares, mais aussi des cas connexes liés à l’écosystème de la cybercriminalité créé autour de cette activité : botnets, échanges de crypto-monnaie, services d’hébergement pare-balles et blanchiment d’argent seront également de la partie. les vues de ce groupe de travail spécialisé.

La méthode n’est pas nouvelle et a déjà été mise en œuvre par les États-Unis dans des affaires de terrorisme et certains phénomènes criminels qui affectent directement la sécurité nationale. La paralysie des services de Colonial Pipelines a choqué le pays et montre à quel point les attaques de ransomware peuvent affecter l’infrastructure nationale, considérée comme critique.

Aux États-Unis, les gros titres des ransomwares arrivent chaque semaine : après l’attaque qui a paralysé le Colonial Pipeline, c’est le géant de l’alimentation JBS qui a porté le plus gros fardeau du groupe Revil cette semaine. Dans le même temps, le conglomérat japonais Fujifilm a annoncé cette semaine avoir été touché par une attaque de ransomware qui l’a contraint à suspendre l’activité de son système informatique. Dans plusieurs cas, les attaquants ont réussi à extorquer des rançons aux entreprises concernées : on a appris que le pipeline colonial avait exempté une rançon de 4,4 millions de dollars pour obtenir la clé de décryptage utilisée par les pirates qui avaient paralysé son système.

En France, la récente épidémie de ransomware a incité les autorités à reconsidérer leurs méthodes d’enquête. Si les attaques de ransomwares ne sont pas traitées par le parquet national contre le terrorisme, la section J3 du parquet de Paris a en revanche une compétence nationale sur les affaires liées à la cybercriminalité, ce qui permet de centraliser les informations sur les attaques de ransomwares.

Le lieutenant-colonel Fabienne Lopez, chef du service de cyber-enquête de la gendarmerie, C3N, expliquait fin 2020 que chaque service d’enquête travaillant sur ces sujets s’était spécialisé dans différentes « familles » de ransomware, « à la demande de la section J3 du parquet de Paris ». L’échange d’informations entre les différents services est organisé, notamment par la création d’une base de données commune permettant le partage d’informations.En raison du caractère international de ces études, les enquêteurs sont également liés aux services d’Europol, qui travaillent également à leur niveau pour permettre l’échange d’informations sur les cas de ransomware. Un tournant amorcé en 2020 pour faire face à la reprise des attaques, comme le rapportait Le Monde en début d’année.

L’Anssi et les services de renseignement travaillent également de leur côté pour identifier et traquer les groupes à l’origine des cyberattaques. L’échange d’informations entre ces agences et les tribunaux est en revanche plus compliqué, mais la nouvelle loi sur le renseignement, adoptée cette semaine par l’Assemblée nationale, prévoit plusieurs articles visant à faciliter le transfert d’informations des agences et administrations publiques. pour les services de renseignement.