Catégories
Attaque hyères informatique presse prix Ransomware Sécurité Service informatique

Un ransomware pourrait correspondre à la description des symptômes de la cyberattaques d’Adrexo

La société Adrexo, chargée de diffuser la propagande électorale, est à la croisée des chemins depuis la semaine dernière suite à des dysfonctionnements. La communication de l’entreprise évoque notamment l’impact d’une cyberattaque, tandis que les syndicats pointent plutôt un manque de moyens. Services informatique Hyères

Un ransomware pourrait correspondre à la description des symptômes de la cyberattaques d’Adrexo

Dans un communiqué, la direction d’Adrexo évoque la cyberattaque que l’entreprise a connue fin avril pour justifier les dysfonctionnements survenus : « la direction opérationnelle de cette mission a connu des perturbations en mai lors d’une cyberattaque dont l’entreprise a été victime. « Une cyberattaque résolue maintenant, mais qui selon Adrexo aurait perturbé l’organisation de la distribution : » Avec la solution à cet incident, Adrexo s’est organisé pour qu’il soit possible à ses équipes de distribuer dans les meilleures conditions malgré la force informatique et les contraintes opérationnelles. ”.

La diffusion de la propagande électorale dans le cadre du 1er tour de l’élection régionale ne s’est pas déroulée comme prévu : de nombreux citoyens se sont plaints de ne pas avoir reçu la profession de foi des différents partis avant le 1er tour de l’élection. Adrexo est désormais dans le coup : cette filiale du groupe Hopps a remporté le marché de la diffusion de la propagande électorale lors d’un appel d’offres en janvier 2021 avec le groupe.

Mais les dysfonctionnements ont poussé plusieurs partis politiques et autorités locales à exprimer leur mécontentement. Le ministère de l’Intérieur a convoqué lundi les dirigeants des deux sociétés chargées de la distribution à venir pour s’expliquer, laissant La Poste et Adrexo communiquer sur les dysfonctionnements rencontrés.

Un communiqué de presse ne donne pas plus de détails sur la nature ou l’étendue de la cyberattaque en question, mais la société a en fait été touchée par une attaque fin avril. Plusieurs notes et messages diffusés en interne et relayés par les différents syndicats du groupe Hopps ont donné un aperçu de l’ampleur de l’attaque : elle aurait été identifiée dans le week-end du 25 avril et aurait provoqué la paralysie d’un parti. Département IT. Le 30 avril, le groupe s’est félicité de la reprise des opérations en moins de dix jours, affirmant que « le temps de régler cet incident est un exploit », tout en reconnaissant qu’il faudra du temps pour récupérer complètement les services informatiques.

L’impact de la cyberattaque est donc encore difficile à évaluer, et le ministère de l’Intérieur ne semble pas trop s’en émouvoir : il rappelle donc que les deux entreprises sont obligées de donner suite et garantir que les dysfonctionnements ne se reproduisent pas à l’autre tour des élections régionales prévu le 27 juin. Parmi les mesures envisagées pour assurer cela, les préfets seront notamment des sous-officiers chargés d’assurer la qualité des opérations postales et le contrôle opérationnel de la diffusion de la propagande électorale au niveau départemental.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.