Catégories
COVID-19 hyères informatique Ransomware

TRÊVE – Certains des groupes de pirates informatiques les plus actifs, ont annoncé qu’ils n’attaqueront pas les établissements de santé pendant la pandémie de coronavirus.

Armistice pour une bonne cause. C’est en quelque sorte le message commun envoyé par des groupes de hackers connus tels que Maze, DoppelPaymer, Ryuk, Sodinokibi / REvil, PwndLocker et Ako.

Ces groupes ont été contactés par le site Web Bleeping Computer et ont déclaré qu’ils ne cibleraient plus les établissements de santé et médicaux pendant l’épidémie de coronavirus. Cependant, ils se sont rendus compte en attaquant ces entreprises avec des ransomware, rançon qui consistait à bloquer des ordinateurs sur un réseau ou même à saisir des données et à accéder à ses propriétaires uniquement après avoir payé une rançon.

Hôpitaux non, sociétés pharmaceutiques oui
« Si nous le faisons par erreur, nous le débloquons gratuitement », disent les pirates, expliquant qu’il suffit de les contacter par e-mail et de fournir la preuve de leur déverrouillage. Mais cela ne signifie pas épargner l’industrie pharmaceutique, qui « gagne beaucoup d’argent en paniquant. Nous n’avons aucune envie de les soutenir. Pendant que les médecins agissent, ces gars s’enrichissent ».

Mardi, plusieurs sociétés comme Emsisoft et Coveware ont offert une assistance médicale gratuite pour se protéger des attaques informatiques pendant l’épidémie de Covid-19. L’hôpital de Brno en République tchèque a été la cible de ransomwares. Le département d’État américain a ainsi été victime d’une attaque DDoS dimanche dernier (grand nombre de connexions simultanées) et n’était pas disponible, empêchant les internautes de connaître des informations sur le coronavirus. LIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.