Catégories
Attaque Etude informatique Ransomware

Répondre aux attaques de ransomwares pour une meilleure survie

Qu’elles soient intentionnelles ou opportunistes, les attaques de ransomwares créent le chaos. Concentrez-vous sur les faiblesses, les techniques utilisées et les réactions à adopter pour tenter de faire face au pire et limiter les dégâts.

Plus virulentes et professionnalisées que jamais, les cyberattaques provenant de ransomwares ciblant les entreprises ainsi que les administrations et les communautés sont un véritable fléau. Suite à la publication début septembre d’un guide signé par l’ANSSI et le ministère de la Justice passant en revue les moyens d’action et les réponses pour faire face à cette formidable menace, c’est au tour de l’Observatoire. la sécurité des réseaux et des systèmes d’information (OSSIR) pour jouer un rôle dans la lutte contre les ransomwares.

Dans le cadre de l’une des dernières visioconférences de l’association, Christophe Renard, Agent au sein de la direction responsable de la sous-direction des opérations de l’ANSSI, est intervenu dans le cadre d’un retour d’expérience sur l’anatomie des attaques de ransomware. Après avoir brièvement passé en revue le rôle de l’ANSSI dans la lutte contre les cybermenaces (prévention, réponse aux incidents et partage des connaissances), Christophe Renard a rappelé l’explosion des attaques ransomware (104 entre le 1er et le 1er janvier) (septembre 2020), qui a conduit à plusieurs incidents majeurs, qui combinait destruction de données et arrêt de production, comme cela a été le cas récemment avec Sopra Steria, avec un impact économique significatif.

Comment connaitre un ransomware

Dans la première partie de son retour d’expérience, Christophe Renard dresse un panorama des points d’entrée qui permettent à un pirate d’accéder à un système exposé. Généralement via un point d’accès accessible depuis Internet ou un poste de travail utilisateur via un email contenant un lien ou un document capturé. Il y en a un certain nombre allant de l’exploitation de grandes vulnérabilités (CVE-2019-11510 sur PulseSecure, CVE-2019-19781 sur Citrix et CVE-2019-0604 sur Sharepoint) à celles qui font l’objet d’analyses massives, à l’énumération de des mots de passe sur des services exposés sur Internet (RDS sur des serveurs de domaine, des VM de domaine, etc.) ou encore des résultats de campagnes de botnet (Emotet, Dridex, etc.).

« De temps en temps, les attaquants tentent d’étendre leur emprise », a déclaré Christophe Renard. Cette latéralisation peut alors emprunter plusieurs chemins, allant de la numérisation réseau à l’exploration système en montage RDP, RCP et SMB ou encore l’utilisation de trames standards offensives (powershell-Empire, Cobalt Strike, Metasploit, etc.). L’augmentation des privilèges fait bien sûr partie du plan d’attaque d’un hacker pour atteindre ses objectifs. Pour cela il peut essayer de réutiliser des mots de passe qui peuvent être communs entre admin et utilisateur, extrapoler les règles de production ou faire un décompte brutal des applications ou même pêcher dans le SI (mots de passe fichier excel, raccourcis de connexion avec mots de passe enregistrés …). Mais aussi attrapé par les «points d’eau» tels que les applications Web internes ou même le portail VPN en tant que tel. Pour protéger l’accès, des procédures peuvent être envisagées: comme la création de comptes privilégiés (AD, administrateurs locaux, etc.) ou l’ajout d’implants (RAT, webshell, tunnels inversés, etc.).

Anticipant et assurant l’effet maximal de son attaque, le hacker cherche à mettre en œuvre son ransomware le plus rapidement possible. Cela implique en particulier des étapes pour neutraliser l’antivirus, arrêter les processus serveur à la dernière minute ou s’assurer que les objectifs pertinents sont effectivement atteints. Par conséquent, il est préférable de porter une attention particulière à certains signaux susceptibles de se produire, tels que le suivi des virus, les pannes d’antivirus, les pannes de service inattendues ou les connexions de contrôleur de domaine. Dans le but de copier et d’exécuter son programme malveillant à grande échelle, l’utilisation de mécanismes d’administration est effectuée (Batch files de PsExec en série, création de tâches pour l’exécution d’instructions de GPO, utilisation de BITS …). Une fois implémenté, le code s’attaquera à plusieurs objectifs: supprimer les clichés instantanés, rechercher et crypter des fichiers, créer des messages d’invitation et de contact, ou même envoyer des informations de télémétrie pour estimer les attaques réussies.

Comprendre le timing d’un ransomware

Généralement, les campagnes de ransomwares sont menées après un timing qui rend plus difficile de les contrer (week-ends, vacances, etc.). Il est donc temps pour l’entreprise de se lancer avec les conséquences de la transition vers la crise, qui mobilisera des acteurs clés en interne (direction générale, experts sécurité, DSI, etc.), mais aussi en externe (sous-traitants, enquêteurs numériques …). Il est impératif à ce stade d’identifier les responsables et impliqués dans cette gestion de crise, et notamment leur rôle et leur périmètre d’intervention. Les premières actions visent à freiner la prolifération des réseaux (perturbation de l’accès Internet, filtrage réseau de niveau 2 ou 3, coupure des accès tiers, etc.), mais également des systèmes (arrêt des postes de travail, extension de la couverture antivirale et XDR, etc.) le piège tendu par les cyber-attaquants et la nécessité de redémarrer l’activité au plus vite pour éviter de lourdes pertes opérationnelles et financières, les entreprises doivent également initier un plan de communication (salariés, partenaires, médias, etc.) en n’oubliant pas l’essentiel: déposer une plainte auprès du autorités compétentes (police, gendarmerie …) et signaler l’incident (ANSSI, CNIL …).

Testez la restauration à l’avance
Dans une manipulation tendue et compliquée du cotext, les erreurs se produisent rapidement. Mais certaines sont à éviter, comme le rappelle Christophe Renard. « La crise des ransomwares est une crise stratégique; elle ne doit pas être gérée uniquement sous l’angle informatique. » De même, il est illusoire de croire qu’une solution peut être trouvée en quelques jours: « aucune crise de ransomware, comme je l’ai observé, n’a duré moins de 3 semaines […] nous devrons enquêter, reconstruire, mettre en œuvre des mesures temporaires, restaurer Personne n’a les équipes internes pour tout faire. »Attention à ne pas baser toute cette organisation de crise sur une seule personne:« personne ne garde 3 semaines de crises sans repos, un burn-out lors d’un incident survient », prévient Christophe Renard.

Revenir à la normale, après une attaque de ransomware

Pour revenir à la normale et après une étape corrective nécessaire, le processus de récupération est une étape clé qu’il ne faut pas sous-estimer. Il est également nécessaire que les sauvegardes et les applications puissent être restaurées en étant préalablement déconnectées et désynchronisées du SI maître. «L’expérience des tests Restore est précieuse: toutes les raisons pour ne pas les faire par temps calme sont exacerbées par un environnement dégradé et le stress», explique Christophe Renard. Le temps viendra alors de se faire un état des lieux (image, technique, économique, législatif et humain) et d’en tirer les conséquences pour améliorer la réponse aux incidents et mieux contrer les effets catastrophiques du prochain ransomware. Car s’il y a une chose à garder à l’esprit, c’est plus que jamais en termes de cybersécurité que l’on n’est jamais en sécurité une fois pour toutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.