Catégories
Attaque Non classé Ransomware Service informatique

L’hôpital de Dax complètement bloqué par un ransomware, dernier recours pour les RDV: Twitter!

L’attaque «a mis à plat les systèmes informatiques et le téléphone de l’hôpital avec un danger évident et évident pour les soins aux patients».

Après des mois d’attaques massives de ransomwares contre des entreprises et organisations françaises, un hôpital entier est désormais bloqué par une attaque informatique. Un ransomware bloque depuis mardi le fonctionnement du système informatique de l’hôpital de la ville de Dax (Landes). Le seul moyen de contacter l’hôpital est donc désormais le 15 ou le compte Twitter de l’entreprise.

« Au vu de l’ampleur de l’attaque », le parquet de Dax, qui avait initialement saisi l’enquête pour « accès frauduleux à un système de traitement automatisé de données », avait renoncé à compétence au profit du parquet de Paris, qui a compétence nationale en matière de cybercriminalité, A déclaré l’AFP. L’attaque «a mis à plat les systèmes informatiques et le téléphone de l’hôpital avec un danger évident et évident pour les soins aux patients».

Le malware a chiffré le contenu des disques durs sur la plupart des ordinateurs de l’établissement. « Les données n’ont pas été volées, elles sont toujours sur nos serveurs, mais elles sont cryptées et donc plus disponibles », a déclaré Aline Gilet-Caubère, directrice générale adjointe de l’hôpital du Sud Ouest.

L’attaque a des conséquences sur les soins
Outre le système informatique et le système téléphonique, l’attaque aura des conséquences sur les soins. Les outils de stérilisation, par exemple, mais aussi ceux de radiothérapie et de chimiothérapie, sont indirectement affectés par cette attaque. Le centre de vaccination Covid-19 de l’hôpital a également été contraint de fermer ses portes.

Des experts de l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (Anssi) sont prêts à tenter de reprendre le contrôle. L’intervention de l’Agence dans ce type de situation a presque doublé en un an.

En septembre 2020, une attaque de ransomware contre un hôpital allemand a entraîné la mort. La patiente, qui avait besoin de soins médicaux d’urgence, était décédée après avoir été détournée vers un hôpital de la ville de Wuppertal, à plus de 30 km de sa destination d’origine, l’hôpital universitaire de Düsseldorf, qui a été victime d’une cyberattaque. C’était la première fois qu’une mort humaine était signalée comme étant indirectement causée par une attaque de ransomware.

Les attaques de ce type se sont multipliées ces dernières années. Le fonctionnement du CHU de Rouen a été gravement perturbé en 2019 après une attaque similaire. Des experts d’Anssi sont également intervenus, et la variante de ransomware utilisée aurait été Cryptomix Clop. En décembre 2020, les hôpitaux de Narbonne (Aude) et d’Albertville-Moûtiers (Savoie) avaient également été touchés par des ransomwares.

Face à ces attaques, la tentation de payer pour la récupération de données est grande. Mais en 2017, le Kansas Heart Hospital (Witchita, Kansas) a payé pour récupérer ses données en vain. Les ravisseurs ont refusé de déverrouiller le système d’information retenu en otage une fois la rançon payée et ont exigé un nouveau paiement.

LIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *