Catégories
Attaque Mairie Ransomware Sécurité Technologie

Les mairies de Vincennes et d’Alfortville attaqué par des ransomwares

Les systèmes informatiques des mairies de Vincennes et d’Alfortville ont été cryptés avec des ransomwares. Leurs services administratifs ont été durement touchés par ces incidents. Les Emails de la municipalité d’Alfortville ne fonctionnent toujours pas.

Les mairies de Vincennes et d’Alfortville attaqué par des ransomwares

Les mairies de Vincennes et d’Alfortville ont été victimes d’une cyberattaque, rapporte RTL. Les systèmes informatiques des deux communes du Val-de-Marne ont été touchés à quelques jours d’intervalle, sans qu’aucune connexion n’ait encore été établie entre les deux attentats.

UNE ATTENSION INUTILISÉE À L’INTENSITÉ
La première victime était la mairie de Vincennes, qui a déclaré avoir été agressée dans la nuit du 2 au 3 novembre. L’incident n’a pu être évité « malgré l’intensification des mesures de sécurité appliquées quotidiennement », la ville qui qualifie cette attaque sans précédent indique « de son intensité ».

Quant aux conséquences, la centrale téléphonique de la mairie a été indisponible pendant plus de 24 heures et certaines formalités administratives n’ont pu être accomplies. Ces derniers jours, la situation s’est éclaircie. « Les sauvegardes ont fonctionné. Nous avons encore beaucoup de données à récupérer sur certains logiciels, mais la plupart de nos services de télécommunications sont à nouveau opérationnels. Rien n’a été perdu dans l’affaire sauf du temps pour nous et nos citoyens », explique la municipalité, sollicitée par RTL.

Selon des enquêtes internes toujours en cours, il s’agirait d’une attaque «ransomware» visant à paralyser un système d’information en chiffrant tous les fichiers qu’il contient. En échange d’une rançon à payer en bitcoins, les hackers promettent de remettre une clé qui décryptera ces données.

ALFORTVILLE EST TOUJOURS AFFECTÉ
La mairie d’Alfortville a également été touchée par un ransomware plus tôt dans la semaine. Les services d’urbanisme et de soutien à la population sont les plus touchés, et les boîtes aux lettres ne fonctionnent plus, révèle Le Parisien. La municipalité a déclaré qu’elle ne paierait pas la rançon, comme recommandé par les instructions officielles, et prévoit de redémarrer son système informatique d’ici le milieu de la semaine prochaine.

«Nous sommes en train de tout remettre en ordre dans une entreprise spécialisée. Entre-temps, nous sommes tous revenus à la plume, mais avons pu continuer certaines de nos activités, comme notre cellule de crise ou des réunions via Zoom ou WhatsApp. les candidatures », a déclaré Luc Carvounas, le maire d’Alfortville.

LES ORGANISMES PUBLICS MAL PROTÉGÉ
Les organismes publics ne sont pas à l’abri des cyberattaques. On peut citer le conseil de branche d’Eure-et-Loir, l’Agence nationale de la formation professionnelle des adultes (Afpa), les services administratifs du Grand Est, le groupe hospitalier AP-HP … Preuve que le thème de la cybersécurité est encore très mal compris.

Cependant, l’Agence pour la sécurité des systèmes d’information (Anssi) met régulièrement en garde sur ce sujet et donne de précieux conseils. Elle réitère l’importance de sauvegarder régulièrement les données en dehors du système d’information, de surveiller les vulnérabilités des logiciels, de sensibiliser les employés par la formation … Elle ajoute qu’en cas d’incident, les organisations doivent isoler les équipements infectés, porter plainte et ne jamais payer la rançon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.