Catégories
Attaque Ragnar Locker Ransomware Sécurité

Les cybercriminels achètent des publicités Facebook pour piquer leurs victimes

Le producteur d’alcool Campari a été victime d’une attaque de ransomware début novembre. La veille de la date limite de la rançon, les hackers à l’origine de l’attaque ont payé une campagne publicitaire pour discréditer les communications de leurs victimes.

Les cybercriminels achètent des publicités Facebook pour Campari

C’est un spectacle désastreux: les gangs derrière les ransomwares innovent à un rythme alarmant dans leurs façons de faire pression sur leurs victimes, toujours plus nombreuses. Le dernier en date: le producteur d’alcool italien Campari, créateur de l’alcool éponyme et entre autres du Grand Marnier. L’entreprise a communiqué le 3 novembre 2020 à propos d’une cyberattaque qui a paralysé une partie de ses services. On dit qu’il est sorti le 1er novembre, et le groupe affirme avoir « rapidement identifié le virus » et ainsi empêché sa propagation sur tout son réseau informatique. ZDNet a précisé quelques jours plus tard que Campari était affecté par le ransomware Ragna Locker.

Des organisations criminelles auraient volé 2 téraoctets de données sensibles (fichiers bancaires, informations sur les employés, clauses de confidentialité, etc.) avant de crypter tous les systèmes contaminés. Elle a ensuite demandé une rançon de 15 millions de dollars à sa victime en échange de la clé de décryptage et de la promesse de ne pas transmettre les données volées autrement qu’en supprimant sa propre copie. Ironiquement, le prix comprend également un rapport de pénétration sur les réseaux informatiques, où les criminels décrivent leurs faiblesses ainsi que des recommandations d’amélioration!

Ragnar Locker a donné à sa victime jusqu’au 10 novembre pour organiser le paiement, sinon il publierait progressivement les données gratuitement sur leur site dédié, disponible via le réseau anonyme Tor. La société n’a pas communiqué depuis sur les éventuelles négociations. Mais avant la date limite, les rançons ont porté un coup particulièrement bas qu’aucun autre gang ne s’était jusqu’ici permis: ils ont lancé une campagne publicitaire sur Facebook pour tenter de discréditer les défenses de leurs victimes. .

LES PIRATES UTILISENT UN COMPTE HACKED POUR PROUVER UN AUTRE HACKING
Le journaliste Brian Krebs était très intéressé par la campagne publicitaire, payée par Hodson Even Entertainment, propriété du DJ de Chicago Chris Hodson. Contacté par le journaliste, l’Américain a expliqué que son compte avait été piraté et que les hackers avaient prévu un versement de 500 dollars – avec son argent – pour lancer la campagne.

Dans la campagne publicitaire intitulée « Faille de sécurité dans le réseau du groupe Campari », Ragnar Locker cite l’un des communiqués de presse de ses victimes. La société a expliqué: « Pour le moment, nous ne pouvons pas totalement exclure que certaines informations personnelles et professionnelles aient été volées. » Les criminels écrivent qu’il s’agit d’un « énorme mensonge » et qu’ils « confirment que des données confidentielles ont été volées ». « Nous parlons d’une énorme quantité de données », ajoutent-ils.

LA CAMPAGNE PUBLICITAIRE S’EST ARRÊTÉE

Heureusement pour Hodson et Campari, Facebook a apparemment découvert le caractère malveillant de la campagne. Hodson a donc pu récupérer son compte et accéder à quelques statistiques: 7 150 utilisateurs de Facebook ont ​​vu l’annonce et 10% d’entre eux ont cliqué dessus. Le réseau social a collecté 35 $ pour le lancement de la campagne, mais l’a terminé avant un autre paiement de 159 $.

Brian Krebs dit qu’il n’a pas décidé si le gang a lancé la campagne à partir du seul compte d’Hudson ou à partir de plusieurs comptes piratés. Facebook a ouvert une enquête sur l’affaire.

Les opérateurs de ransomwares utilisent des techniques de plus en plus invasives pour faire pression sur leurs victimes, et on se demande où ils veulent s’arrêter. Ce mois-ci, nous vous avons parlé d’Egregor, qui avait imprimé une rançon imprimée par les imprimantes des victimes, d’autres centres d’appels payants pour contacter les partenaires de leurs victimes par téléphone, menaçant presque tous de publier les données. LIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.