Catégories
COVID-19 Etude informatique Ransomware

Les attaques de ransomwares augmentent

Charles Delingpole, PDG et fondateur de ComplyAdvantage

Ces derniers mois, les attaques lancées par le crime économique se sont multipliées. Mais au-delà des ennemis habituels, les ransomwares soulagés par COVID-19 restent une activité criminelle insuffisamment combattue.

Les ransomwares ou ransomwares offrent aux criminels un environnement particulièrement favorable pour lancer des attaques contre des systèmes médicaux qui sont plus importants que jamais et qui sont généralement des proies faciles pour les malwares.

Il est envisagé qu’en 2021, une attaque contre rançon contre une nouvelle entreprise soit lancée toutes les 11 secondes, sachant que nombre de ces attaques seront menées à grande échelle par des criminels cherchant à exploiter des vulnérabilités logicielles connues.

Des attaques de rançongiciels ont été imposées sur la scène internationale en mai 2017 lors de la tristement célèbre attaque appelée WannaCry. L’incident, qui a exploité un bogue dans le système d’exploitation Windows, a empêché les utilisateurs d’accéder aux systèmes médicaux et a pris la date en otage.

L’une des principales raisons de l’attaque de WannaCry était que les ordinateurs ciblés n’avaient pas été mis à jour depuis plusieurs années. Et bien que de nombreuses entreprises soient bien protégées de ces exploits, elles sont loin d’être le seul vecteur d’attaque qui nécessite une rançon. Combinées à d’autres techniques d’ingénierie sociale, les attaques de phishing et de spear phishing sont en fait des moyens très efficaces qui permettent aux criminels de violer la sécurité et d’accéder aux données.

Les ransomwares sont au mieux un fléau pour la communauté. Et lors d’une pandémie, elles pourraient avoir un effet catastrophique. Les hôpitaux et les sociétés médicales ont été avertis par Interpol qu’ils pourraient être la cible d’attaques de rançon pendant cette période de panique et de communication accrue. Ajoutez à cela le système d’information qui est connu pour être obsolète, et aujourd’hui les établissements de santé sont susceptibles d’utiliser des logiciels qui contiennent des vulnérabilités qui ne demandent qu’à être exploitées.

Mais pourquoi est-il si important pour les institutions financières et autres entités qui traitent l’argent? Parce que ces attaques empêchent souvent les utilisateurs d’accéder aux données jusqu’à ce qu’une rançon ait été payée sous la forme d’un paiement numérique pour restaurer l’accès aux données. Cependant, les rançonneurs disposent désormais d’une grande quantité d’argent numérique, souvent en bitcoins, qu’ils doivent convertir en espèces avant de les transférer sur leurs comptes. Et pour ce faire, ils doivent recourir au système financier.

Par conséquent, les institutions financières et les entreprises du secteur doivent veiller à ne pas faciliter le paiement de la rançon. Dans certains cas, il s’agit de lutter contre une certaine forme de blanchiment d’argent, mais aussi d’éviter la violation des sanctions.

Ransomware et violations des sanctions Le ransomware est un outil traditionnellement utilisé par certains pays sanctionnés pour obtenir des fonds. Il s’agit d’une pratique particulièrement utile pour les nations sanctionnées sur plusieurs fronts et effectivement coupées de l’économie mondiale. La Corée du Nord a été accusée à plusieurs reprises de l’utiliser, en particulier lors de l’attaque de WannaCry.

Il s’agit d’une activité très lucrative, surtout lorsqu’elle est réalisée au niveau national. Les cyberattaques lancées depuis Pyongyang sont innovantes, efficaces et représentent 2 milliards de dollars. En prenant du recul, il n’est guère surprenant qu’une entité sanctionnée utilise des cyberattaques pour lever des capitaux lorsqu’elle est exclue du marché mondial.

Depuis le début de la pandémie, les attaques de logiciels malveillants et les rançons ont demandé peu de couverture dans la presse spécialisée. Mais comme le paiement d’une rançon peut désormais être interprété comme une violation des sanctions dans un contexte bien précis, les institutions financières doivent désormais être plus vigilantes à cet égard.

Les institutions financières doivent toujours préparer un rapport d’activité suspecte lorsqu’elles pensent avoir affaire à un paiement de rançon ou faire face à une demande de rançon. Ils doivent également coopérer avec l’unité d’intelligence économique ou de conformité financière appropriée. Une application généralisée de cette pratique éviterait d’atténuer ces informations et faciliterait l’identification des criminels. Mais autoriser cette transaction en premier lieu est rarement une question simple.

Faciliter le paiement d’une rançon en soi peut rendre une institution financière responsable de la violation des sanctions. Deux personnes basées en Iran et sanctionnées sur la liste des ressortissants spécialement désignés créée par l’OFAC ont facilité la conversion des fonds d’une attaque par rançongiciel en 2016. Les auteurs de cette attaque ayant été sanctionnés et les adresses des portefeuilles numériques en question correspondaient bien aux sanctions imposées. les institutions financières concernées étaient exposées au risque de sanctions secondaires. Quant à ces individus basés en Iran et qui ont converti des bitcoins en rial iranien, l’OFAC avait à l’époque publié une déclaration rappelant que «peu importe si une transaction est libellée en monnaie numérique ou en fiduciaire traditionnel monnaie, les obligations de conformité de l’OFAC restent les mêmes ».

Comprendre la rançon

L’OFAC a précédemment déclaré que les entreprises américaines doivent savoir qui reçoit les transferts d’argent, même lorsqu’ils sont transformés en portefeuille numérique, une position soutenue par la règle de voyage du GAFI. Par conséquent, toute infraction à cette règle pourrait entraîner des sanctions sévères.

Les régulateurs n’ont pas encore abordé les paiements liés aux attaquants de ransomware. Il est généralement admis que ces paiements ne sont pas effectués volontairement, que les entreprises sont victimes d’extorsion et que les institutions financières participant au paiement ne sont qu’une partie d’une chaîne destinée à restaurer le fonctionnement d’une entreprise. une partie de leur clientèle. Nous ne savons pas si cette vision est susceptible de changer, mais une réflexion semble avoir commencé selon que les fonds sont destinés ou non à des entités non sanctionnées.

Cependant, si les futures institutions financières sont obligées d’identifier les entités auxquelles elles envoient de l’argent, les attaques de ransomwares nécessiteront une collecte accrue de renseignements. Il faudra également s’assurer que les équipes chargées de la conformité pourront consacrer le temps nécessaire à la conduite des recherches.

Une fois l’attaque du ransomware lancée, la rançon payée et l’argent converti, ce dernier intègre le système financier, ce qui ne doit cependant pas faire passer cette opération inaperçue.

Grâce à la surveillance automatique et puissante des transactions, les responsables de la conformité peuvent passer plus de temps à enquêter sur les activités suspectes et à identifier les bons destinataires de l’argent.

La surveillance des transactions est un goulot d’étranglement traditionnel pour les entités de conformité. En fait, enquêter sur les transactions peut être un processus lourd, tandis que trouver des sujets pertinents peut être fastidieux. Ce n’est un secret pour personne que les criminels utilisent constamment de nouvelles méthodes pour déplacer de l’argent et essaient de se fondre dans les flux de trésorerie fous associés à la panique économique mondiale en cours. Cependant, l’utilisation d’une solution automatisée vous permet de définir des règles personnalisées pour détecter les comportements suspects et anormaux et identifier les transactions qui portent de l’argent sale.

Pendant la crise du COVID-19, les rançongiciels ont été repris par des criminels pour de l’argent. Vous devez en être conscient et vous y préparer. Sinon, les conséquences pourraient être désastreuses pour toute institution financière impliquée de quelque manière dans ces stratagèmes frauduleux. LIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.