Catégories
Etude informatique Sécurité Service informatique Technologie

Des fuites de données critiques détruisent la vie de presque tous les citoyens brésiliens

C’est l’une des plus grosses fuites, gigantesque, dangereuse dans les détails des données et très facile à obtenir.

Des fuites de données critiques détruisent la vie de presque tous les citoyens brésiliens

Il est difficile d’imaginer un pire désastre. Mardi 19 janvier, la société de sécurité PSafe a identifié une fuite très inquiétante car elle permettait d’accéder à des données plus critiques de plus de 220 millions de Brésiliens, plus que la population dans son ensemble (et pour cause: la base de données contient également des données sur les personnes décédées. ).

Trois jours plus tard, le site spécialisé Tecnoblog a découvert que non seulement un voleur avait découvert la fuite et téléchargé les données (en août 2019), mais qu’il les avait également postées sur un forum de vente accessible à tous. Certaines des données peuvent être téléchargées gratuitement, le reste peut être acheté au détail.

L’une des raisons pour lesquelles nous parlons de données critiques est que la base de données contient le « Cadastro de Pessoas Físicas » (CPF) des victimes et, dans certains cas, même une photocopie de la carte où ce numéro est écrit. En France, le CPF correspond au numéro fiscal, l’identifiant associé au paiement de la taxe. La simple présence de CPF suffit pour considérer le risque de fraude ou d’usurpation d’identité.

Mais en plus, il est livré avec un certain nombre de données terriblement précises. Respirez profondément, voici une liste non exhaustive de ce que contient la base de données pour chacun, ou presque:

Nom, prénom, date de naissance, nom des deux parents, état matrimonial, niveau de scolarité.
Email, numéro de téléphone, adresse (nom exact de la rue, mais aussi coordonnées GPS).
Plusieurs équivalents du numéro de sécurité sociale et détail de certaines prestations régulières correspondant aux caisses complémentaires familiales françaises.
Détails sur le ménage: nombre de personnes, niveau de revenu.
Informations sur l’emploi: nom légal et pièce d’identité de l’employeur, type d’emploi, statut d’emploi, date d’emploi, salaire, nombre d’heures par La semaine.
Estimation du revenu: ce calcul prend en compte le salaire, le loyer ou encore l’encaissement d’une éventuelle rente. Ces données sont utilisées pour classer les personnes par niveau de classe sociale (faible, moyen, élevé) et par niveau de revenu.
Toutes sortes de données financières: détails de la cote de crédit; le nom du débiteur et l’ID du statut de la dette de la banque du mauvais payeur.
Avec tous ces éléments, le fichier, même au format texte, pèse plus de 14 gigaoctets. Dans le détail, il contient 37 bases de données distinctes, signe que l’auteur de l’infraction avait accès à l’ensemble du système d’une entreprise et pas seulement à une ou deux bases de données mal sécurisées.

Qui peut posséder une telle quantité de données critiques? Le détaillant a appelé le fichier « Serasa Experian », le nom d’une société de crédit brésilienne. Bien que la cybercriminalité ne puisse être tenue pour acquise, la base de données contient plusieurs calculs économiques utilisés par Seresa Experian, dont Mosaic, l’un de ses services de classification dédié au ciblage publicitaire. La société contrevenante a déclaré qu’elle avait ouvert une enquête mais n’avait jusqu’à présent trouvé aucune preuve de cambriolage dans son système.

En attendant d’en savoir plus sur les événements qui ont conduit à la fuite, le Brésil doit faire face à une crise nationale de cybersécurité et à une véritable crise de confiance dans les communications. La base de données est une opportunité en or pour les cybercriminels, petits et grands. Il permettra d’établir des hameçonnages massifs et de sélectionner les cibles les plus pertinentes parmi la quasi-totalité de la population. Plus précisément, les criminels peuvent cibler les personnes peu scolarisées, celles qui vivent dans une région particulière ou même s’attaquer aux revenus élevés. Pas besoin de chercher un moyen de les contacter, tout est dans la base de données. Ils peuvent repousser leur attaque par e-mail, téléphone ou lettre en fonction de leur cible.

D’autres utilisations peuvent avoir des conséquences encore plus importantes. Alors que la menace des ransomwares envahit les entreprises, ce type de fuite augmente considérablement le risque. Pour rappel, ce malware se propage aux victimes des systèmes d’entreprise et crypte tout ce qu’il trouve. Les logiciels d’entreprise (e-mails, progiciel bureautique, outils professionnels, etc.) deviennent inutilisables, tout comme les équipements informatiques (ordinateurs, copieurs, ports de sécurité, etc.) et les documents confidentiels ne peuvent plus être lus. C’est alors que les criminels exigent une rançon – allant de quelques centaines de milliers à des dizaines de milliers de millions d’euros – pour une promesse de lever le blocus des systèmes.

Pour pénétrer par effraction dans leur domicile, les intimidateurs ciblent les employés de l’organisation cible qui ont un niveau élevé de responsabilité et d’accès au réseau. L’objectif: infecter le patient zéro, qui infectera très probablement rapidement le reste du réseau. Ils créent donc des phishings sur mesure, qu’ils vivent de données collectées par eux-mêmes ou de fuites. C’est là que réside l’intérêt de la base de données attribuée à Serasa Experian. Il permet un ciblage direct des personnes d’intérêt telles qu’elles sont répertoriées comme telles dans le fichier. Mieux encore, il fournit plus que suffisamment de détails pour créer une arnaque de phishing très convaincante.

Bien que toutes les violations de données n’aient pas de conséquence, elles pourraient façonner les prochaines années avec la cybersécurité brésilienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.