Catégories
Attaque informatique Ransomware revil Sécurité Service informatique Uncategorized

Qui est Kaseya la victime d’un « Nouveau » ransomware?

La cyberattaque qui a frappé la société informatique Kaseya le week-end dernier a contraint la chaîne de supermarchés suédoise Coop à fermer plus de 800 magasins et supérettes. L’attaque ricoche et peut toucher plus de 1 500 entreprises dans le monde. Et les marques françaises ?

Kaseya développe des solutions et des services pour les fournisseurs de services gérés (MSP). Vendredi, alors que la plupart des Américains étaient prêts à fêter le week-end du 4 juillet, l’entreprise a subi une attaque contre l’une de ses solutions, Kaseya USA. Cela permet aux utilisateurs de distribuer des mises à jour et de surveiller à distance les systèmes informatiques de leurs clients.

Cependant, il y avait une vulnérabilité sur le système. Cela avait été découvert par le DIVD, l’Institut néerlandais de détection des vulnérabilités, qui avait prévenu l’entreprise. Kaseya l’a donc corrigé et le correctif a même été validé lorsque REvil ou l’une de ses filiales a frappé et exploité la vulnérabilité zero-day pour mener son attaque. À ce stade, peu de détails ont été publiés sur ce bug, sauf qu’il était assez facile à exploiter.

Grâce à cela, le groupe de hackers a pu diffuser des fichiers malveillants sous couvert d’une mise à jour automatique de Kaseya VSA et diffuser des ransomwares aux MSP utilisant la solution mais aussi à leurs clients. Il n’est pas encore possible de savoir exactement combien d’entreprises ont été touchées par cette attaque, mais il a été estimé vendredi que plus de 1 000 d’entre elles ont vu leurs fichiers cryptés alors que REvil avance le chiffre d’un million sur son site internet.

Caisses inopérantes, magasins fermés… Une cyberattaque sans précédent est devenue sa première victime en Europe, le groupe de supermarchés suédois Coop, qui représente 20% du secteur dans le pays, a été paralysé samedi 3 juillet par la cyberattaque contre l’entreprise américaine Kaseya. , spécialiste de l’infogérance informatique. 800 magasins sont toujours fermés pendant quatre jours, les caisses enregistreuses sont bloquées et hors d’usage.

C’est par l’intermédiaire d’un de leurs sous-traitants informatiques, Visma Escom, lui-même touché par la cyberattaque, que le système informatique interne de l’entreprise suédoise a été piraté. L’attaque a également touché plusieurs pharmacies suédoises et la compagnie ferroviaire du pays. Plus précisément, les pirates ont attaqué le logiciel phare de Kaseya, « VSA », conçu pour gérer de manière centralisée les réseaux de serveurs, contrôler et sécuriser les systèmes informatiques. Ils ont choisi la méthode des ransomwares, qui consiste à installer des logiciels malveillants qui bloquent toutes les machines ou ordinateurs ciblés jusqu’à ce que leurs propriétaires paient une rançon.

Jusqu’à 1 500 entreprises impliquées
Sur ses 40 000 clients, Kaseya estime que moins de 60 clients ont été touchés. Problème, la plupart d’entre eux gardent les clients pour eux-mêmes, ce qui facilite la propagation de l’attaque.

Catégories
Attaque Ekans Entreprise de construction EvilQuest GandCrab Hakbit informatique maze NetWalker Ragnar Locker Ransomware revil Rugby Ryuk Sécurité Service informatique Shade sodinokibi SolarWinds Spectre Sunburst Technologie ThiefQuest Uncategorized

Le président des États-Unis Joe Biden signe le décret sur la cybersécurité

Cette semaine, le président des États-Unis a ordonné la création d’un comité dédié aux cyberattaques ainsi que la création de nouvelles normes de sécurité logicielle pour les agences gouvernementales.

En matière de cybercriminalité, les États-Unis ont été confrontés à une cyberattaque massive menée par le groupe Darkside. En utilisant un ransomware, les pirates ont pu fermer l’opérateur pétrolier Colonial Pipeline, qui transporte généralement près de la moitié du carburant du pays. Une attaque qui a fait souffler un vent de panique chez les Américains. Les stations-service à travers le pays ont été prises d’assaut si loin qu’elles commencent une pénurie nationale.

Si la panique n’a pas duré longtemps car le problème a été rapidement résolu, ce nouvel incident démontre clairement la fragilité de l’Oncle Sam face aux cyberattaques. C’est dans ce contexte que le président américain Joe Biden a signé mercredi 12 mai 2021 un décret qui renforcerait la sécurité du pays contre les cyberattaques.

Pour renforcer la cybersécurité aux États-Unis, Joe Biden a annoncé la création d’un comité chargé d’examiner les cyberincidents. Plus précisément, l’organisation enquêtera sur les principaux hacks qui se sont produits dans le pays pour mieux comprendre les détails de l’affaire. Ce nouveau conseil est modelé par le National Transportation Safety Board, qui est chargé d’enquêter sur les accidents aériens, ferroviaires et maritimes, et peut aider à identifier les coupables potentiels en cas d’attaques supplémentaires. Pour rappel, ce n’est pas la première fois que le gouvernement américain est confronté à une cyberattaque. En décembre dernier, un groupe de pirates informatiques a ciblé le gouvernement avec le piratage massif de SolarWinds. Sans divulguer tous les détails de l’incident, Donald Trump affirmait à l’époque avoir des preuves de l’implication russe. Il y a quelques mois à peine, c’était la Chine qui, cette fois, était soupçonnée d’avoir ordonné une cyberattaque visant le géant Microsoft.

Outre la création d’un comité dédié, Joe Biden a également annoncé la création de nouvelles normes logicielles conçues pour sécuriser plus efficacement les agences gouvernementales américaines et empêcher de nouveaux piratages. Ces nouvelles normes comprendront l’utilisation de l’authentification multifactorielle, mais également le renforcement de la sécurité des échanges entre le gouvernement et les entreprises privées.

Catégories
Etude informatique Spectre Uncategorized

Spectre et une nouvelle vulnérabilité informatique

Une nouvelle vulnérabilité de sécurité de type Spectre menace la sécurité de nos ordinateurs. Il affecte les derniers processeurs AMD et Intel au cours de la dernière décennie. Une solution entraînerait une baisse drastique des performances du processeur.

La faille de sécurité réside dans l’utilisation du cache micro-up. Ce dernier détecte des instructions simples afin que le processeur puisse les traiter facilement et rapidement pendant le processus d’exécution, ce qui entraîne une augmentation des performances du processeur.

Cette nouvelle vulnérabilité Spectre affecte donc tous les processeurs qui utilisent un micro-up cache, c’est-à-dire Références Intel depuis 2011 et références AMD depuis 2017.

En 2018, nous avons appris que des vulnérabilités affectaient de nombreux modèles de processeurs équipant nos PC. Ces séries d’erreurs sont appelées Spectre et Meltdown. Lorsqu’ils sont exploités, ils peuvent permettre aux attaquants de voler des données sur un ordinateur et d’en prendre le contrôle. Une nouvelle variante de Spectre a été récemment identifiée.

Les nombreux correctifs de sécurité et correctifs mis en œuvre après les premières révélations de la vulnérabilité de Spectre sont inefficaces dans ce cas, car les premières vulnérabilités ont agi tard dans le processus d’exécution spéculative, tandis que ce dernier agissait davantage à la source.

Comme d’autres spécifications de Spectre, cette vulnérabilité exploite l’exécution spéculative, qui permet au processeur de préparer et d’exécuter des tâches qui n’ont pas encore été demandées, afin qu’elles puissent s’exécuter rapidement en cas de besoin.

La vulnérabilité permet de tromper le CPU et de lui faire exécuter des instructions pour ouvrir un passage aux hackers vers le système et ainsi accéder à des données confidentielles.

Cependant, les chercheurs estiment que cette faille de sécurité est compliquée à exploiter et que sa correction entraînera nécessairement une diminution marquée des performances du processeur. Intel et AMD pourraient donc choisir de ne pas couvrir cette vulnérabilité.

Catégories
Aérien Android Apple Association Attaque Bitcoins COVID-19 Ekans Entreprise de construction Etude EvilQuest GandCrab Hakbit Hôpital hyères informatique Mac MacOS Mairie maze Nefilim NetWalker Non classé Orange presse prix Ragnar Locker Ransomware revil Ryuk Sécurité Service informatique Shade sodinokibi SolarWinds Sunburst Technologie ThiefQuest Uncategorized vidéo

Comment la vulnérabilité informatique est-elle mesurée?

Le score CVSS est utilisé presque systématiquement pour évaluer le danger des vulnérabilités. Mais savez-vous quel calcul se cache derrière le score sur 10?

Il faut dire que la cybersécurité regorge de termes spécifiques et autres acronymes (et anglophones, d’ailleurs) pour qualifier les scénarios d’attaque. On parle de RCE, XSS, de « web shell » ou même d’élévation de privilèges. Les balles d’avertissement sont le plus souvent destinées aux spécialistes et n’utilisent que du jargon. Ils soulignent rarement les risques concrets qu’une nouvelle vulnérabilité pose au public.

SUITE… Avec Numerama.com

Catégories
Attaque Etude Hôpital hyères informatique Mac Mairie maze Orange presse prix Ragnar Locker Ransomware Ryuk Service informatique Technologie Uncategorized

Des auteurs de ransomwares arrêtés en Ukraine

La police ukrainienne a arrêté le 9 février plusieurs membres d’un groupe de cybercriminels à l’origine de plusieurs attaques informatiques dans le monde, dont le quotidien Ouest France, la police et des sources proches ont raconté l’affaire ce jeudi.

Cette « opération internationale », menée en coordination avec les policiers français et ukrainiens ainsi qu’avec le FBI, a mis un terme à la diffusion du ransomware appelé « Egregor », décrit la police dans un communiqué.

Piratage informatique

Au moins 150 entreprises ont été attaquées, principalement aux États-Unis et en Europe, avec des pertes estimées à environ 66 millions d’euros, selon les premiers éléments de l’étude publiée par les services de sécurité ukrainiens (SBU). Selon une source proche du dossier, au moins trois personnes ont été arrêtées dans cet acte. Les domiciles des suspects ont été perquisitionnés et le matériel informatique saisi est « toujours utilisé » par les enquêteurs français envoyés sur les lieux, selon la police.

Les solutions de sécurité informatique Hyères

C’est un rapport d’Europol en septembre qui a conduit le parquet de Paris à ouvrir une enquête en France, remise à la sous-direction cybercriminalité (SDLC). Le groupe a pratiqué la technique de la « double extorsion »: d’une part le cryptage et le vol des données de l’entreprise ciblée, d’autre part la menace de publier ces données compromises sur un site internet si l’entreprise refusait de payer une rançon en bitcoins, le la plus célèbre des monnaies virtuelles.

Le ransomware s’est propagé par pré-intrusion « via l’envoi d’e-mails de phishing et un accès à distance Windows mal sécurisé au bureau », a déclaré la police française. Particulièrement sophistiqué, « Egregor » pourrait prendre le contrôle des imprimantes connectées aux ordinateurs infectés et imprimer la rançon, « amplifiant encore l’impact psychologique de l’extorsion », a déclaré la même source.

Plusieurs entreprises françaises ont été visées par «Egregor», dont le quotidien Ouest France, le transporteur Gefco et le géant du jeu vidéo Ubisoft. Deux attaques de ransomware ont été ciblées ces derniers jours contre des hôpitaux de Villefranche-sur-Saône (Rhône) et de Dax (Landes), mais elles ne portent pas la signature «Egregor». Il a travaillé sur le modèle du logiciel à la demande (Raas, Ransomware as a Service): ses créateurs l’ont mis à disposition d’autres hackers, «affiliés», qui ont pris la responsabilité des attaques avant de partager les bénéfices.

Les détenus font partie « plutôt que de l’équipe de conception et de production », a déclaré Catherine Chambon, directrice adjointe de la lutte contre la cybercriminalité à la magistrature centrale. Si Catherine Chambon qualifie l’opération contre «Egregor» de «démantèlement assez efficace», elle exhorte à rester «très prudente et modeste» sur ce qui ressemble à «un brouillard».

L’origine du mal

Selon l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (Anssi), « Egregor serait lié à la fin de l’activité du groupe d’attaquants derrière le ransomware Maze », notamment à l’origine d’une attaque contre Bouygues Construction en janvier 2020. À son tour,  » Egregor « pourrait-il renaître sous une autre forme? « Il est possible que ce soit la vie d’un ransomware », a répondu Catherine Chambon. «L’idée est de mettre progressivement en sécurité les cybercriminels afin qu’ils se sentent moins impunis. Même si, une fois qu’il y a un crime, il a peu de chances de disparaître ».