Le Trésor américain traite les victimes de ransomwares comme des collaborateurs

Le Trésor américain traite les victimes de ransomwares comme des collaborateurs

Dans une directive émise par le département du Trésor américain, le gouvernement déclare que des sanctions peuvent être envisagées pour les entreprises qui paient une rançon après une attaque de ransomware. L’idée de sanctionner les paiements de rançon gagne du terrain outre-Atlantique.

Tout le monde déconseille fortement de payer la rançon, mais beaucoup le font. Aux États-Unis, un rappel du département du Trésor américain pourrait encore refroidir les entreprises ciblées contre les ransomwares: l’OFAC (Office of Foreign Access Control) a publié une directive sur le paiement d’une rançon, déclarant que les entreprises qui acceptent de céder à l’extorsion de groupes de cybercriminalité, dans certains les cas pourraient également être sanctionnés par les autorités américaines.

Cette nouvelle mesure ne s’applique pas à tous les paiements de rançon: la directive publiée par l’OFAC explique que seuls les paiements aux groupes concernés par des sanctions prononcées par l’OFAC sont concernés par cette mesure. Le document répertorie plusieurs acteurs bien connus du monde du ransomware qui ont été visés par les sanctions de l’OFAC: le créateur du ransomware Cryptolocker Eugene Bogachev, les deux développeurs iraniens du ransomware Samsam, les groupes nord-coréens Lazarus, Bluenoroff et Andariel et enfin Evil Corp groupe, connu pour avoir développé le malware Dridex et plusieurs ransomwares toujours actifs.

Pour l’OFAC, le paiement d’une rançon à ces groupes ou à leurs affiliés peut soumettre les victimes à une enquête pour contourner les sanctions gouvernementales. Les entreprises publiques, mais aussi les partenaires qui ont participé au processus de réaction à l’incident ou qui ont réalisé l’opération, pourraient donc être concernés. L’OFAC demande aux entreprises concernées par ce scénario de contacter ces équipes avant de payer une rançon. «Les paiements de rançon profitent aux acteurs malveillants et peuvent saper les objectifs de sécurité nationale et de politique étrangère des États-Unis. Pour cette raison, les demandes de licence impliquant des rançons requises du fait d’activités malveillantes rendues possibles par le numérique seront examinées par l’OFAC au cas par cas avec présomption de refus », précise l’OFAC dans sa communication.

L’affaire de piratage Garmin, qui aurait accepté le paiement d’une rançon de 10 millions de dollars en crypto-monnaie à des personnes affiliées au groupe Evil Corp, a peut-être demandé à l’OFAC d’émettre le rappel. Comme le rapporte ZDNet.com, plusieurs journalistes ont posé la question au département du Trésor américain au moment de l’annonce du paiement de Garmin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *